Chimiothérapie du rhabdomyosarcome

Dernière révision médicale :

En chimiothérapie, on a recours à des médicaments anticancéreux, ou cytotoxiques, pour détruire les cellules cancéreuses. Presque tous les enfants atteints d’un rhabdomyosarcome (RMS) reçoivent une chimiothérapie. Le type de médicaments, les doses et le mode d’administration de la chimiothérapie dépendent de la catégorie de risque.

Votre enfant pourrait aussi recevoir d’autres traitements.

On administre une chimiothérapie pour différentes raisons. Votre enfant peut recevoir une chimiothérapie pour :

  • détruire les cellules cancéreuses qui pourraient se trouver dans un emplacement éloigné après une chirurgie et réduire le risque de réapparition (récidive) du cancer (chimiothérapie adjuvante);
  • réduire la taille de la tumeur avant d’autres traitements comme une chirurgie ou une radiothérapie (chimiothérapie néoadjuvante);
  • soulager la douleur ou contrôler les symptômes d’un RMS de stade avancé (chimiothérapie palliative).

La chimiothérapie est habituellement un traitement systémique. Cela signifie que les médicaments circulent dans le sang pour atteindre et détruire les cellules cancéreuses dans tout le corps, dont celles qui auraient pu se détacher de la tumeur musculaire primitive.

Agents chimiothérapeutiques administrés pour le RMS

On administre souvent la chimiothérapie aux 1 à 3 semaines pendant 6 à 12 mois. Les médicaments peuvent être administrés par la bouche ou par une aiguille insérée dans une veine (injection intraveineuse). On a parfois recours à un dispositif particulier appelé cathéter veineux central pour administrer les médicaments de façon sécuritaire. On installe habituellement ce cathéter au cours d’une chirurgie au début de la chimiothérapie et on le laisse en place jusqu’à ce que le traitement soit terminé. Apprenez-en davantage sur le cathéter veineux central.

Les agents chimiothérapeutiques les plus souvent administrés pour traiter le RMS sont les suivants :

  • vincristine;
  • dactinomycine (Cosmegen);
  • cyclophosphamide (Procytox);
  • irinotécan;
  • topotécan;
  • ifosfamide (Ifex);
  • étoposide (Vepesid);
  • doxorubicine.

Les associations chimiothérapeutiques les plus fréquemment administrées pour traiter le RMS sont les suivantes :

  • VA – vincristine et dactinomycine;
  • VAC – vincristine, dactinomycine et cyclophosphamide;
  • VI – vincristine et irinotécan;
  • VDC – vincristine, doxorubicine et cyclophosphamide;
  • IE – ifosfamide et étoposide.

Si le RMS ne répond pas aux médicaments administrés antérieurement ou s’il réapparaît, on peut avoir recours aux médicaments suivants :

  • carboplatine et étoposide;
  • ifosfamide, carboplatine et étoposide;
  • cyclophosphamide et topotécan;
  • irinotécan, avec ou sans vincristine;
  • vinorelbine;
  • vinorelbine et cyclophosphamide;
  • gemcitabine et docétaxel;
  • topotécan, vincristine et doxorubicine;
  • vincristine, irinotécan et témozolomide.

On pourrait administrer un médicament ciblé appelé temsirolimus (Torisel) avec la chimiothérapie pour un RMS de risque moyen dans le cadre d’un essai clinique.

La cyclophosphamide et l’ifosfamide peuvent irriter la vessie. Quand on a recours à ces agents chimiothérapeutiques, on administre aussi du mesna (Uromitexan) pour protéger la vessie.

Effets secondaires

Peu importe le traitement du RMS, il est possible que des effets secondaires se produisent, mais chaque enfant les ressent différemment. Certains en ont beaucoup alors que d’autres en éprouvent peu.

La chimiothérapie peut causer des effets secondaires puisqu’elle risque d’endommager les cellules saines tout en détruisant les cellules cancéreuses. Si des effets secondaires se manifestent, ils peuvent le faire n’importe quand pendant la chimiothérapie, tout de suite après ou quelques jours, voire quelques semaines plus tard. Il arrive que des effets secondaires apparaissent des mois ou des années à la suite de la chimiothérapie (effets tardifs). La plupart disparaissent d’eux-mêmes ou peuvent être traités, mais certains risquent de durer longtemps ou d’être permanents.

Il est difficile de dire exactement quels effets secondaires un enfant éprouvera, combien de temps ils dureront et quand l’enfant sera rétabli. Le corps d’un enfant semble mieux tolérer la chimiothérapie que celui d’un adulte. En effet, les effets secondaires sont habituellement moins importants chez les enfants et ils s’en rétablissent souvent plus rapidement que les adultes.

Les effets secondaires de la chimiothérapie dépendent surtout du type de médicament, de la dose, de la façon de l’administrer et de l’état de santé global de votre enfant. Voici certains effets secondaires des agents chimiothérapeutiques employés pour le RMS :

D’autres effets secondaires peuvent apparaître des mois ou des années à la suite du traitement du RMS. Apprenez-en davantage sur les effets tardifs des traitements du RMS.

Avisez l’équipe de soins si votre enfant éprouve ces effets secondaires ou d’autres que vous croyez liés à la chimiothérapie. Plus vite vous mentionnez un problème, plus rapidement on pourra vous dire comment aider à le soulager.

Informations sur des médicaments anticancéreux spécifiques

Les renseignements sur des médicaments spécifiques changent régulièrement. Apprenez-en davantage sur les sources d’information sur les médicaments ainsi que sur les sites où vous pouvez obtenir des renseignements sur des médicaments spécifiques.

Questions à poser sur la chimiothérapie

Apprenez-en davantage sur la chimiothérapie et les effets secondaires de la chimiothérapie. Afin de prendre les bonnes décisions pour votre enfant, posez des questions sur la chimiothérapie à son équipe de soins.

Révision par les experts et références

  • Paul Nathan, MD, MSc, FRCPC
  • Normand Laperriere, MD, FRCPC