Autres affections non cancéreuses du sein

Les affections non cancéreuses du sein qui suivent sont moins fréquentes. La plupart d’entre elles ne font pas augmenter le risque de cancer du sein.

Adénose

On parle d’adénose quand les glandes qui produisent le lait, soit les lobules, s’élargissent et qu’il y a plus de glandes qu’à la normale.

On détecte habituellement l’adénose lors d’une mammographie. Dans certains cas, un professionnel de la santé peut être en mesure de palper les lobules élargis lors d’un examen clinique des seins. L’adénose ne nécessite généralement pas de traitement.

Quand les lobules élargis sont entourés de tissu de type cicatriciel, on parle alors d’adénose sclérosante. Cette affection peut faire légèrement augmenter le risque de cancer du sein chez la femme. La femme atteinte d’adénose sclérosante devrait discuter de son risque et d’un plan personnalisé de dépistage du cancer du sein avec son médecin. Le médecin peut faire une biopsie par forage de la région affectée par l’adénose sclérosante afin de savoir si elle contient des cellules cancéreuses.

Infection

L’infection mammaire, qu’on appelle mastite, affecte le tissu graisseux du sein. Elle est causée par des bactéries présentes sur la peau. La plupart des infections mammaires apparaissent chez les femmes qui allaitent.

Les symptômes de l’infection mammaire sont entre autres l’enflure, la douleur ou la sensibilité, la rougeur ou la chaleur, l’écoulement du mamelon, les démangeaisons et la fièvre. L’infection mammaire peut aussi provoquer la formation d’une pochette de pus (abcès) dans le tissu du sein.

Si vous éprouvez des symptômes d’infection mammaire, votre médecin vous fera un examen clinique des seins. Vous pourriez aussi passer une échographie pour savoir si vous avez un abcès.

On peut traiter l’infection mammaire avec des antibiotiques et en appliquant des compresses humides et tièdes sur le sein plusieurs fois par jour. S’il y a un abcès, vous pourriez avoir besoin d’une chirurgie afin qu’on en évacue le contenu.

Si ces traitements ne guérissent pas l’infection mammaire, votre médecin pourrait vous prescrire d’autres tests, comme une mammographie.

Nécrose adipeuse

La nécrose adipeuse est la formation de tissu de type cicatriciel à la suite de dommages ou de lésions aux tissus graisseux du sein. Il arrive qu’un kyste rempli d’un liquide huileux apparaisse dans la région nécrosée. La nécrose adipeuse n’accroît pas le risque de cancer du sein chez la femme.

Les causes les plus fréquentes des lésions aux tissus du sein sont la biopsie, la chirurgie et la radiothérapie. Les blessures causées par une ceinture de sécurité ou un coup violent au thorax peuvent aussi provoquer une nécrose adipeuse.

La nécrose adipeuse n’a pas l’habitude de causer des signes ou des symptômes. Elle provoque parfois la formation d’une petite masse ronde indolore. On la détecte généralement lors d’une mammographie courante ou d’une échographie. Il est possible que le médecin fasse une biopsie par forage ou une biopsie à l’aiguille fine (BAF) de la région nécrosée afin de confirmer le diagnostic de nécrose adipeuse.

La plupart des régions de nécrose adipeuse disparaissent d’elles-mêmes et ne nécessitent pas de traitement. Le médecin peut avoir recours à la chirurgie pour enlever une région nécrosée si la biopsie n’a pas permis de confirmer le diagnostic de nécrose adipeuse. On peut aussi proposer une opération si la région commence à s’étendre ou devient douloureuse.

Gynécomastie

La gynécomastie est le développement excessif des tissus mammaires chez l’homme. C’est une affection non cancéreuse courante qui est causée par un changement (déséquilibre) des deux hormones appelées testostérone et œstrogène. La gynécomastie apparaît surtout quand les taux d’hormones changent à la puberté et lorsque les hommes vieillissent.

Les facteurs de risque qui suivent peuvent accroître la probabilité qu’un homme soit un jour atteint de gynécomastie :

  • maladie du foie, du rein ou de la glande thyroïde
  • lésions ou inflammation des testicules
  • médicaments, comme ceux qui traitent les ulcères, l’hypertension artérielle et l’insuffisance cardiaque
  • stéroïdes anabolisants (employés par certains athlètes et haltérophiles)
  • cancers du testicule, du poumon, de l’estomac et du rein, qui peuvent accroître les taux d’hormones
  • troubles endocriniens
  • trouble génétique rare appelé syndrome de Klinefelter

Selon les causes de la gynécomastie, elle peut disparaître d’elle-même ou quand le problème sous-jacent a été traité. Dans de rares cas, les médecins peuvent proposer une hormonothérapie ou une chirurgie de réduction mammaire pour la traiter.

Ectasie des canaux galactophores

On parle d’ectasie des canaux galactophores quand les parois des canaux galactophores sont plus épaisses que la normale. Les canaux se bouchent et du liquide s’accumule derrière cette obstruction. Elle est plus courante chez les femmes âgées entre 40 et 50 ans.

L’ectasie des canaux galactophores peut provoquer ceci :

  • écoulement épais du mamelon de couleur verte ou noire
  • douleur dans le mamelon ou le sein;
  • rougeur ou enflure du mamelon.

L’ectasie des canaux galactophores ne nécessite habituellement pas de traitement et disparaît d’elle-même. Votre médecin peut vous proposer les mesures suivantes pour aider à soulager la douleur et l’inconfort :

  • appliquer des compresses tièdes sur la région mamelonnaire
  • prendre des antidouleurs en vente libre
  • porter des coussinets dans le soutien-gorge pour absorber l’écoulement
  • porter un soutien-gorge de maintien

Si l’ectasie des canaux galactophores ne s’améliore pas d’elle-même, votre médecin pourrait vous prescrire des antibiotiques pour traiter l’infection ou une chirurgie pour enlever les canaux galactophores affectés.

Cicatrices radiaires

Les cicatrices radiaires sont des régions anormales de tissus de soutien et de tissus glandulaires en forme d’étoile dans le sein. Ce ne sont pas vraiment des cicatrices, mais elles leur ressemblent quand on les examine au microscope. Comme les cicatrices radiaires sont faites de cellules qui se multiplient plus vite que les cellules normales, c’est-à-dire des cellules prolifératives, elles peuvent faire légèrement augmenter le risque de cancer du sein.

La plupart des cicatrices radiaires mesurent moins de 1 cm et ne peuvent pas être senties au toucher. Les cicatrices radiaires qui mesurent plus de 1 cm peuvent porter le nom de lésions sclérosantes complexes.

On détecte souvent les cicatrices radiaires lors d’une mammographie. Mais il peut être difficile de faire la différence entre une cicatrice radiaire et un cancer du sein infiltrant à la mammographie. C’est pourquoi on enlève la plupart des cicatrices radiaires par chirurgie. Le tissu mammaire qui a été enlevé est examiné au microscope. Certaines cicatrices radiaires peuvent présenter des régions de cellules du carcinome canalaire in situ (CCIS).

Révision par les experts et références

  • American Cancer Society. Non-Cancerous Breast Conditions. 2015: http://www.cancer.org/acs/groups/cid/documents/webcontent/003180-pdf.pdf.
  • Bateman AC . Pathology of benign breast disease. Women's Health Medicine. Elsevier; 2006.
  • Collins LC & Schnitt SJ . Pathology of benign breast disorders. Harris JR, Lippman ME, Morrow M, Osborne CK (eds.). Diseases of the Breast. 5th ed. Philadelphia: Wolters Kluwer Health; 2014.
  • Dixon JM and Bundred NJ . Management of disorders of the ductal system and infections. Harris JR, Lippman ME, Morrow M, Osborne CK (eds.). Diseases of the Breast. 5th ed. Philadelphia: Wolters Kluwer Health; 2014.
  • Kerridge WD, Oleksandr NK, Thompson A, Sha BA. Fat necrosis of the breast: a pictorial review of the mammographic, ultrasound, CT and MRI findings with histopathologic correlation. Radiology Research and Practice . 2015: Article ID 613139.
  • Lakoma A, Kim ES . Minimally invasive surgical management of benign breast lesions. Gland Surgery. 2014: http://www.glandsurgery.org/article/view/3716/4716.
  • Nassar A, Conners AL, Celik B, Jenkins SM, Smith CY, Heiken TJ . Radial scar/complex sclerosing lesions: a clinicopathologic correlation study from a single institution. Annals of Diagnostic Pathology. 2015.
  • Taboada JL, Stephens TW, Krishnamurthy S, et al . The many faces of fat necrosis in the breast. AJR: American Journal of Roentgenology. The American Roentgen Ray Society; 2009.
  • White CD. MedlinePlus Medical Encyclopedia: Breast Infection. 2014: https://www.nlm.nih.gov/medlineplus/ency/article/001490.htm.