Radiothérapie pour le rhabdomyosarcome

Dernière révision médicale :

En radiothérapie, on a recours à des rayons ou à des particules de haute énergie pour détruire les cellules cancéreuses. On administre habituellement une radiothérapie pour traiter le rhabdomyosarcome (RMS). En planifiant le type et la dose de radiothérapie, la façon de l’administrer et l’horaire à suivre, l’équipe de soins prendra en considération :

  • l’âge de votre enfant;
  • le type de RMS;
  • le lieu d’origine du cancer;
  • la quantité de tumeur qui reste après la chirurgie;
  • la présence de cancer dans les ganglions lymphatiques voisins;
  • les besoins personnels de votre enfant.

Votre enfant pourrait aussi recevoir d’autres traitements.

On administre une radiothérapie pour différentes raisons. Votre enfant peut recevoir une radiothérapie pour :

  • réduire la taille de la tumeur avant une chirurgie afin qu'elle soit plus facile à enlever (radiothérapie néoadjuvante);
  • détruire les cellules cancéreuses qui restent après une chirurgie et ainsi réduire le risque de réapparition (récidive) du cancer (radiothérapie adjuvante);
  • soulager la douleur ou contrôler les symptômes d’un RMS de stade avancé (radiothérapie palliative).

Il est possible qu’on administre une radiothérapie après la chirurgie si on observe des cellules cancéreuses dans le tissu sain enlevé avec la tumeur (marges chirurgicales positives). On y a souvent recours après une chirurgie ou au lieu d’une chirurgie si l’opération affecterait l’apparence de l’enfant ou le fonctionnement de la région atteinte.

On administre le plus souvent la radiothérapie une fois que la chimiothérapie a débuté (après 6 à 12 semaines) et alors qu’elle est en cours. L’horaire exact d’administration de la radiothérapie dépend de l’emplacement de la tumeur. Si la tumeur se trouve dans le tissu entourant le cerveau et la moelle épinière (méninges) et si elle a envahi les os du crâne, le cerveau ou la moelle épinière par exemple, il est possible qu’on administre très tôt une radiothérapie et une chimiothérapie durant la même période. La radiothérapie peut être administrée plus tard quand le RMS se trouve dans une autre partie du corps. On administre habituellement la radiothérapie 5 jours par semaine, pendant 5 à 6 semaines.

Radiothérapie externe

Lors de la radiothérapie externe, un appareil émet des radiations à travers la peau jusqu’à la tumeur et une partie du tissu qui l’entoure.

On peut avoir recours aux types de radiothérapie externe suivants pour traiter le RMS.

La radiothérapie conformationnelle tridimensionnelle (RC 3D) permet de donner au faisceau de radiation la forme de la tumeur ou de la zone de traitement. En RC 3D, on a recours à des images de TDM ou d’IRM pour créer une image précise en 3D de la tumeur. L’emplacement et la forme exacts de la tumeur sont programmés dans un ordinateur et servent à planifier le traitement. Plusieurs faisceaux de rayonnement sont ensuite façonnés et dirigés vers la tumeur en provenance de différentes directions afin de la traiter de tous les angles. Tous les faisceaux ont la même intensité. Chacun est assez faible et est moins susceptible d’endommager les tissus normaux. La dose de radiation reçue par la tumeur est plus élevée là où les faisceaux se rencontrent.

La radiothérapie conformationnelle avec modulation d'intensité (RCMI) ressemble à la RC 3D. Elle a recours à un dispositif particulier pour façonner et diriger de nombreux faisceaux de rayonnement vers la tumeur à partir de différents angles. On peut aussi ajuster la force (intensité) des faisceaux. La dose administrée à la tumeur peut donc être plus forte et les tissus normaux voisins reçoivent une dose plus faible. La RCMI peut être utile pour traiter le RMS qui se trouve dans des endroits difficiles à atteindre comme le bassin.

La radiochirurgie stéréotaxique (RCS), aussi appelée radiothérapie stéréotaxique, a recours à un cadre rigide fixé au crâne pour émettre la radiation vers une région très spécifique du cerveau. On administre habituellement de nombreuses doses de faible intensité pendant une certaine période. La RCS peut servir à traiter un RMS à la tête ou au cou.

La protonthérapie conformationnelle est une nouvelle façon d’administrer la radiothérapie. Peu de centres de traitement l’offrent. Actuellement, il n’y a aucun appareil au Canada. Les enfants nécessitant ce traitement doivent se rendre aux États-Unis, où certains centres l'offrent. La protonthérapie conformationnelle a recours à des faisceaux de protons plutôt que de rayonnement. Les faisceaux de rayonnement libèrent de l’énergie avant et après avoir atteint leur cible. Les faisceaux de protons ne libèrent leur énergie qu’après avoir parcouru une certaine distance, puis ils ne le font plus. Ainsi, ils causent moins de dommages aux tissus normaux voisins. La protonthérapie conformationnelle est utile pour traiter les tumeurs qui se trouvent dans des endroits difficiles à atteindre comme la colonne vertébrale et le bassin.

Radiothérapie interne

Pour la radiothérapie interne, on met des substances radioactives dans le corps. Il est possible d’administrer de plus fortes doses de radiation qu’avec la radiothérapie externe.

La curiethérapie est un type de radiothérapie interne. On se sert d’une substance radioactive appelée radio-isotope. On la place directement dans la tumeur ou bien on la met dans la région où se trouvait la tumeur avant qu’on l’enlève. La radiation détruit les cellules cancéreuses au fil du temps. On peut administrer une curiethérapie pour traiter un RMS situé dans la vessie, le vagin, la prostate ou la tête et le cou.

Effets secondaires

Peu importe le traitement du RMS, il est possible que des effets secondaires se produisent, mais chaque enfant les ressent différemment. Certains en ont beaucoup alors que d’autres en éprouvent peu.

Lors des séances de radiothérapie, l’équipe de soins protège le plus possible les cellules saines qui se trouvent dans la zone de traitement. Mais il est possible que les cellules saines soient endommagées et qu’elles provoquent ainsi des effets secondaires. Si des effets secondaires se manifestent, ils peuvent le faire n’importe quand pendant la radiothérapie, tout de suite après ou quelques jours, voire quelques semaines plus tard. Il arrive que des effets secondaires apparaissent des mois ou des années à la suite de la radiothérapie (effets tardifs). La plupart disparaissent d’eux-mêmes ou peuvent être traités, mais certains risquent de durer longtemps ou d’être permanents.

Les effets secondaires de la radiothérapie dépendent surtout de la taille de la région traitée, de la région ou des organes spécifiques traités, de la dose totale et de l’âge de l’enfant lors du traitement. Voici certains effets secondaires courants de la radiothérapie administrée pour le RMS :

D’autres effets secondaires peuvent apparaître des mois ou des années à la suite du traitement du RMS. Apprenez-en davantage sur les effets tardifs des traitements du RMS.

Avisez l’équipe de soins si votre enfant éprouve ces effets secondaires ou d’autres que vous croyez liés à la radiothérapie. Plus vite vous mentionnez un problème, plus rapidement on pourra vous dire comment aider à le soulager.

Questions à poser sur la radiothérapie

Apprenez-en davantage sur la radiothérapie et les effets secondaires de la radiothérapie. Afin de prendre les bonnes décisions pour votre enfant, posez des questions sur la radiothérapie à son équipe de soins.

Révision par les experts et références

  • Paul Nathan, MD, MSc, FRCPC
  • Normand Laperriere, MD, FRCPC
  • PDQ® Pediatric Treatment Editorial Board . Childhood Rhabdomyosarcoma Treatment (PDQ®) – Patient Version . Bethesda, MD : National Cancer Institute ; 2019 : https://www.cancer.gov/.
  • PDQ® Pediatric Treatment Editorial Board . Childhood Rhabdomyosarcoma Treatment (PDQ®) – Health Professional Version . Bethesda, MD : National Cancer Institute ; 2020 : https://www.cancer.gov/.
  • American Society of Clinical Oncology (ASCO). Cancer.net: Rhabdomyosarcoma - Childhood: Types of Treatment. 2018: https://www.cancer.net/.
  • Wexler LH, Skapek SX, Helman LJ. Rhabdomyosarcoma. Pizzo PA, Poplack DG, eds.. Principles and Practice of Pediatric Oncology. 7th ed. Philadelphia, PA: Wolters Kluwer; 2016: 31:798–827.
  • Cripe TP . Medscape Reference: Pediatric Rhabdomyosarcoma. WebMD LLC; 2018: https://www.medscape.com/.
  • American Cancer Society. Treating Rhabdomyosarcoma. 2018: https://www.cancer.org/.
  • National Comprehensive Cancer Network. NCCN Clinical Practice Guidelines in Oncology: Soft Tissue Sarcoma (Version 6.2019). 2020: https://www.nccn.org/home.
  • Rhabdomyosarcoma. Provincial Health Services Authority. Musculoskeletal and Sarcoma. Vancouver, BC: http://www.bccancer.bc.ca/. Friday, March 20, 2020.
  • Singer S, Tap WD, Kirsch DG, Crago AM. Soft tissue sarcoma. DeVita VT Jr., Lawrence TS, Rosenberg SA, eds. DeVita, Hellman, and Rosenberg's Cancer: Principles & Practice of Oncology. 11th ed. Philadelphia, PA: Wolters Kluwer; 2019: 88:1400–1450.