Greffe de cellules souches pour le lymphome non hodgkinien

On a parfois recours à la greffe de cellules souches pour traiter le lymphome non hodgkinien (LNH). Elle permet de remplacer les cellules souches quand la moelle osseuse ou les cellules souches sont endommagées. La greffe de cellules souches est une intervention très risquée et complexe qui doit être effectuée dans un centre ou un hôpital spécialisé dans la greffe.

On trouve les cellules souches dans la moelle osseuse, la circulation sanguine et le cordon ombilical. Les cellules souches sont les cellules de base qui se transforment en différents types de cellules qui ont des fonctions distinctes. Toutes les cellules sanguines proviennent des cellules souches sanguines.

Lors d’une greffe de cellules souches, on administre une chimiothérapie à forte dose ou on fait une irradiation corporelle totale pour détruire toutes les cellules dans la moelle osseuse. Cela comprend les cellules saines et les cellules du lymphome. À la suite de la chimiothérapie à forte dose, on donne des cellules souches saines pour remplacer celles qui ont été détruites dans la moelle osseuse.

On peut avoir recours à la greffe de cellules souches pour traiter le LNH si :

  • il s’agit d’un LNH à risque élevé qui est en rémission après le traitement;
  • il réapparaît après le traitement (LNH récidivant);
  • il est réfractaire, c’est-à-dire que les traitements ont cessé d’être efficaces.

Types de greffes pour le LNH

On peut avoir recours aux types de greffes de cellules souches qui suivent pour traiter le LNH.

Autogreffe

Dans le cas de l’autogreffe, on prélève les cellules souches dans votre sang ou votre moelle osseuse.

C’est l’autogreffe de cellules souches qui est la plus souvent effectuée pour traiter le LNH. Cependant, il est possible qu’on ne soit pas en mesure de faire d’autogreffe en présence de certains types de LNH qui se sont propagés à la moelle osseuse ou au sang puisqu’il pourrait être difficile de prélever des cellules souches normales.

Allogreffe

Dans le cas de l’allogreffe, on prélève les cellules souches chez une personne (donneur) pour les administrer à une autre personne (receveur). Le donneur peut être apparenté ou non au receveur. On détermine la compatibilité entre le donneur et le receveur par le biais d’un procédé appelé typage des antigènes d'histocompatibilité (typage HLA).

Ce ne sont pas toutes les personnes qui peuvent recevoir une allogreffe puisque le donneur doit être compatible. C’est le type de greffe de cellules souches qu’on peut faire si le LNH s’est propagé à la moelle osseuse ou au sang.

Greffe d’intensité réduite

Certaines personnes plus âgées ou atteintes d’autres troubles médicaux ne sont pas en mesure de tolérer les effets secondaires engendrés par les fortes doses de chimiothérapie qu’on administre avant la greffe de cellules souches. On peut donc leur proposer une greffe d’intensité réduite, aussi appelée minigreffe ou greffe non myéloablative. On administre alors de plus faibles doses de chimiothérapie avant la greffe. La greffe d’intensité réduite peut également être le type de greffe privilégié pour certains types de LNH.

Effets secondaires

Peu importe le traitement du LNH, il est possible que des effets secondaires se produisent, mais chaque personne les ressent différemment.

Les effets secondaires peuvent se manifester n’importe quand pendant, tout de suite après ou quelques jours, voire quelques semaines après la greffe de cellules souches. Il arrive que des effets secondaires apparaissent des mois ou des années à la suite de la greffe de cellules souches (effets tardifs). La plupart disparaissent d’eux-mêmes ou peuvent être traités, mais certains risquent de durer longtemps ou d’être permanents.

Les effets secondaires de la greffe de cellules souches dépendent surtout du type d’agent chimiothérapeutique ou d’association médicamenteuse employé, de l’administration antérieure d’une radiothérapie, du type de greffe pratiqué et de votre état de santé global. Les effets secondaires courants de la greffe de cellules souches comprennent ceux-ci :

Les effets secondaires de la greffe de cellules souches peuvent être vraiment graves ou même mettre la vie en danger. L’équipe de soins surveille très attentivement la personne qui reçoit une greffe de cellules souches. On prend les mesures nécessaires pour prévenir les effets secondaires et les traiter rapidement s’ils se manifestent. Avisez votre équipe de soins si vous éprouvez ces effets secondaires ou d’autres que vous croyez liés à la greffe. Plus vite vous mentionnez un problème, plus rapidement on pourra vous dire comment aider à le soulager.

Questions à poser sur la greffe de cellules souches

Apprenez-en davantage sur la greffe de cellules souches et les effets secondaires de la greffe de cellules souches. Afin de prendre les bonnes décisions, posez des questions sur la greffe de cellules souches à votre équipe de soins.

Révision par les experts et références

  • American Cancer Society. Non-Hodgkin Lymphoma. 2014: http://www.cancer.org/acs/groups/cid/documents/webcontent/003126-pdf.pdf.
  • Faber EA, Vose JM, Armitage JO, Bierman PJ . Diagnosis and treatment of non-Hodgkin's lymphoma of adults. Wiernik PH, Goldman JM, Dutcher JP, Kyle RA (eds.). Neoplastic Diseases of the Blood. 5th ed. Springer; 2013: 47: 1027-1047.
  • Manson SD & Porter C . Lymphomas. Yarbro, CH, Wujcki D, & Holmes Gobel B (eds.). Cancer Nursing: Principles and Practice. 7th ed. Sudbury, MA: Jones and Bartlett; 2011: 60: pp. 1458-1512.
  • Sanjay Vinjamaram. Non-Hodgkin Lymphoma. WebMD LLC; 2015: http://emedicine.medscape.com/article/203399-overview#showall.