Chirurgie du cancer primitif inconnu

On a parfois recours à la chirurgie pour traiter le cancer primitif inconnu (CPI). Le type de chirurgie pratiqué dépend surtout de la taille et de l’emplacement de la tumeur. Lorsque votre équipe de soins planifie la chirurgie, elle tient aussi compte d’autres facteurs, comme votre état de santé global. Cela dit, il n’est pas toujours possible d’effectuer une chirurgie, car le CPI désigne un cancer qui s’est déjà propagé (métastases) au moment où il est diagnostiqué.

On peut pratiquer une chirurgie pour différentes raisons. Vous pourriez subir une chirurgie pour :

  • enlever complètement une tumeur unique (c’est une option lorsque le cancer est détecté à un seul endroit);
  • enlever la plus grande partie possible de la tumeur (réduction tumorale) avant d’administrer d’autres traitements.

On peut avoir recours aux types de chirurgie suivants pour traiter le CPI. Vous pourriez aussi recevoir d’autres traitements avant ou après la chirurgie.

Curage ganglionnaire

Le curage ganglionnaire (aussi appelé évidement ganglionnaire ou lymphadénectomie) est une intervention qui consiste à enlever des ganglions lymphatiques qui pourraient contenir des cellules cancéreuses. On peut vous proposer cette opération si le CPI est détecté uniquement dans des ganglions lymphatiques. Le type de curage ganglionnaire effectué dépend de l’emplacement des ganglions atteints.

Curage ganglionnaire cervical

Les ganglions lymphatiques du cou sont appelés ganglions lymphatiques cervicaux. Le curage ganglionnaire cervical désigne une intervention chirurgicale qui consiste à enlever les ganglions lymphatiques du cou. On l’effectue parfois pour retirer un carcinome épidermoïde de siège primitif inconnu qui a été détecté dans les ganglions lymphatiques du cou. On administre habituellement de la radiothérapie et de la chimiothérapie après cette chirurgie.

Apprenez-en davantage sur le curage ganglionnaire cervical.

Curage ganglionnaire inguinal

Les ganglions lymphatiques de l’aine sont appelés ganglions lymphatiques inguinaux. Le curage ganglionnaire inguinal, aussi appelé lymphadénectomie inguinale ou curage inguinal, est une intervention chirurgicale qui consiste à enlever les ganglions lymphatiques de l’aine. On peut y avoir recours lorsque le CPI est détecté dans ces ganglions lymphatiques.

Apprenez-en davantage sur le curage ganglionnaire inguinal.

Curage ganglionnaire axillaire

Les ganglions lymphatiques de l’aisselle sont appelés ganglions lymphatiques axillaires. Le curage ganglionnaire axillaire désigne une intervention chirurgicale qui consiste à enlever les ganglions lymphatiques de l’aisselle. On peut proposer cette opération à une femme atteinte d’un adénocarcinome de siège primitif inconnu qui pourrait avoir pris naissance dans un sein avant de se propager à ces ganglions.

Apprenez-en davantage sur le curage ganglionnaire axillaire.

Mastectomie

La mastectomie est une intervention chirurgicale qui consiste à enlever un sein complet. On peut proposer cette opération à une femme atteinte d’un adénocarcinome de siège primitif inconnu qui pourrait avoir pris naissance dans un sein. Dans le cas du CPI, les médecins ne sont pas en mesure de trouver le siège primitif dans le sein, donc ils l’enlèvent en entier pour s’assurer de retirer la totalité du cancer.

La mastectomie est souvent pratiquée en même temps qu’un curage ganglionnaire axillaire. On administre parfois de la chimiothérapie après une mastectomie pour traiter le CPI.

Apprenez-en davantage sur la chirurgie du cancer du sein, y compris la mastectomie.

Résection

La résection désigne une intervention chirurgicale consistant à enlever une partie ou la totalité d’un organe. Elle peut constituer une option de traitement lorsqu’il n’y a qu’une seule tumeur, que celle-ci représente le seul emplacement où le cancer est détecté dans le corps et que l’équipe de soins estime qu’elle parviendra à l’enlever complètement. On n’effectue pas de chirurgie lorsque le CPI est détecté dans différentes parties du corps.

Par exemple, si une personne est atteinte d’une seule tumeur et que celle-ci est située dans le foie, on pourrait proposer de pratiquer une résection si la personne est en assez bonne santé pour subir l’opération et s’il restera suffisamment de tissu hépatique sain après avoir enlevé la tumeur.

Chirurgie de réduction tumorale

La chirurgie de réduction tumorale consiste à enlever la plus grande partie possible du cancer avant d’administrer une chimiothérapie. On la pratique le plus souvent lorsque le revêtement de l’abdomen (appelé péritoine) d’une femme atteinte de CPI est touché par le cancer et que les médecins croient que le siège primitif pourrait se trouver dans un ovaire.

Effets secondaires

Peu importe le traitement du CPI, il est toujours possible que des effets secondaires se produisent, mais chaque personne les ressent différemment. Certaines personnes en ont beaucoup, alors que d’autres en éprouvent peu ou pas du tout.

Les effets secondaires peuvent se manifester n’importe quand pendant, tout de suite après ou quelques jours voire quelques semaines après la chirurgie. Il arrive parfois que des effets secondaires apparaissent des mois ou des années à la suite de la chirurgie (effets tardifs). La plupart des effets secondaires disparaissent d’eux-mêmes ou peuvent être traités, mais certains peuvent durer longtemps ou même être permanents.

Les effets secondaires de la chirurgie du CPI dépendent principalement du type de chirurgie pratiqué, des parties du corps opérées et de votre état de santé global. Avisez les membres de votre équipe de soins si vous éprouvez des effets secondaires que vous croyez liés à la chirurgie. Plus vite vous les informez de ces problèmes, plus rapidement ils pourront vous proposer des moyens de les prendre en charge.

Questions à poser sur la chirurgie

Apprenez-en davantage sur la chirurgie et les effets secondaires de la chirurgie. Afin de prendre les bonnes décisions pour vous, posez des questions sur la chirurgie à votre équipe de soins.

Révision par les experts et références

  • Fizazi K, Greco FA, Pavlidis N, et al . Cancers of unknown primary site: ESMO Clinical Practice Guidelines for diagnosis, treatment and follow-up. Annals of Oncology. Oxford University Press; 2011.
  • Greco FA & Hainsworth JD . Cancer of unknown primary site. DeVita VT Jr, Lawrence TS, & Rosenberg SA. Cancer: Principles & Practice of Oncology. 10th ed. Philadelphia: Wolters Kluwer Health/Lippincott Williams & Wilkins; 2015: 113:1720-1737.
  • Kim KW, Krajewski, KM, Jagannathan JP, et al . Cancer of unknown primary sites: what radiologists need to know and what oncologists want to know. AJR: American Journal of Roentgenology. The American Roentgen Ray Society; 2013.
  • National Comprehensive Cancer Network. Occult Primary (Cancer of Unknown Primary [CUP]) (Version 3.2014). http://www.nccn.org/professionals/physician_gls/pdf/occult.pdf.