Pronostic et survie pour le cancer primitif inconnu

Si vous êtes atteint d’un cancer primitif inconnu (CPI), vous vous posez peut-être des questions sur votre pronostic. Le pronostic est l’acte par lequel le médecin évalue du mieux qu’il peut comment le cancer affectera une personne et comment il réagira au traitement. Le pronostic et la survie dépendent de nombreux facteurs. Seul un médecin qui connaît bien vos antécédents médicaux, le type et les caractéristiques du cancer dont vous êtes atteint, les traitements choisis et la réaction au traitement peut examiner toutes ces données de concert avec les statistiques de survie pour en arriver à un pronostic.

Un facteur pronostique est un aspect du cancer ou une caractéristique de la personne que le médecin prend en considération lorsqu’il établit un pronostic. Les éléments suivants sont des facteurs pronostiques du CPI.

CPI de risque favorable ou de mauvais risque

Les médecins établiront si le CPI est de risque favorable ou de mauvais risque.

Pour déterminer qu’un CPI est de risque favorable, on se fonde sur l’emplacement où le cancer a été détecté et sur les résultats de la biopsie. Les éléments suivants sont associés au CPI de risque favorable :

  • carcinome neuroendocrinien
  • adénocarcinome dans les ganglions lymphatiques de l’aisselle, chez les femmes
  • adénocarcinome dans la cavité péritonéale, chez les femmes
  • carcinome épidermoïde dans les ganglions lymphatiques du cou ou de l’aine
  • carcinome peu différencié dans le centre (ligne médiane) du corps
  • CPI dans les os, chez les hommes dont le taux d’antigène prostatique spécifique (APS) est élevé
  • CPI d’un type de cancer colorectal
  • CPI qui ne forme qu’une seule métastase

Le CPI de mauvais risque comprend tous les cancers qui ne font pas partie du groupe considéré comme étant de risque favorable. Cela inclut les tumeurs peu différenciées et indifférenciées. Ces types de CPI réagissent mal à la chimiothérapie. La plupart des personnes diagnostiquées d’un CPI ont une maladie de mauvais risque.

Les facteurs suivants sont associés à un pronostic sombre chez les personnes atteintes d’un CPI de mauvais risque :

  • adénocarcinome dans le foie ou d’autres organes
  • accumulation de liquide contenant des cellules cancéreuses d’un adénocarcinome dans l’abdomen (ascite maligne)
  • CPI dans plusieurs emplacements différents du cerveau
  • CPI dans plusieurs parties des poumons ou du revêtement des poumons
  • CPI dans les os, chez les hommes dont le taux d’APS n’est pas élevé

Sites où le cancer s’est propagé

Le pronostic dépend du nombre et de l’emplacement des différents sites où le cancer s’est propagé (métastases).

Le pronostic des personnes dont le cancer se trouve uniquement dans les ganglions lymphatiques est plus favorable que celui des personnes chez qui les organes internes (comme le foie ou les poumons) sont touchés.

Le pronostic des personnes atteintes d’un cancer touchant plusieurs emplacements différents (comme le foie, les poumons et les os) est sombre.

Le pronostic des personnes chez qui le cancer s’est propagé à plusieurs emplacements différents du cerveau est sombre.

Le pronostic des personnes chez qui il y a une accumulation de liquide contenant des cellules cancéreuses dans l’abdomen (ascite maligne) est moins favorable.

Indice fonctionnel

L’indice fonctionnel permet d’évaluer à quel point une personne est en mesure d’effectuer des tâches courantes et ses activités quotidiennes (comme se laver, s’habiller ou marcher). Différentes échelles d’indice fonctionnel sont utilisées, mais, en général, plus une personne est active, meilleur est son indice fonctionnel.

Le pronostic d’une personne atteinte de CPI qui a un bon indice fonctionnel est plus favorable que celui d’une personne dont l’indice fonctionnel est faible.

Taux de lacticodéshydrogénase (LDH)

Le pronostic d’une personne atteinte de CPI dont le taux de lacticodéshydrogénase (LDH) dans le sang est normal est plus favorable que celui d’une personne dont le taux de LDH est élevé.

Sexe

En général, le pronostic des femmes atteintes de CPI est plus favorable que celui des hommes atteints de la même maladie.

Révision par les experts et références

  • Fizazi K, Greco FA, Pavlidis N, et al . Cancers of unknown primary site: ESMO Clinical Practice Guidelines for diagnosis, treatment and follow-up. Annals of Oncology. Oxford University Press; 2011.
  • Greco FA & Hainsworth JD . Cancer of unknown primary site. DeVita VT Jr, Lawrence TS, & Rosenberg SA. Cancer: Principles & Practice of Oncology. 10th ed. Philadelphia: Wolters Kluwer Health/Lippincott Williams & Wilkins; 2015: 113:1720-1737.
  • Kim KW, Krajewski, KM, Jagannathan JP, et al . Cancer of unknown primary sites: what radiologists need to know and what oncologists want to know. AJR: American Journal of Roentgenology. The American Roentgen Ray Society; 2013.
  • National Comprehensive Cancer Network. Occult Primary (Cancer of Unknown Primary [CUP]) (Version 3.2014). http://www.nccn.org/professionals/physician_gls/pdf/occult.pdf.

Statistiques de survie au cancer primitif inconnu

Les statistiques de survie au cancer primitif inconnu (CPI) sont des estimations très générales qui doivent être interprétées avec prudence. Puisqu'elles sont fondées sur l'expérience de groupes de personnes, elles ne permettent pas de prévoir les chances de survie d'une personne en particulier.