Radiothérapie pour le cancer des os

En radiothérapie, on a recours à des rayons ou à des particules de haute énergie pour détruire les cellules cancéreuses. La plupart des personnes atteintes d’un cancer des os reçoivent une radiothérapie. Votre équipe de soins prendra en considération vos besoins personnels pour choisir le type de radiothérapie, la dose à administrer, la façon de le faire et l’horaire à suivre. Vous pourriez aussi recevoir d’autres traitements.

On administre la radiothérapie pour différentes raisons. Vous pouvez recevoir une radiothérapie pour :

  • réduire la taille de la tumeur avant une chirurgie (radiothérapie néoadjuvante);
  • détruire les cellules cancéreuses qui restent après la chirurgie afin de réduire le risque de réapparition du cancer (radiothérapie adjuvante);
  • traiter une tumeur osseuse qu’on ne peut pas enlever par chirurgie, soit une tumeur non résécable;
  • soulager la douleur ou contrôler les symptômes d’un cancer des os de stade avancé (traitement palliatif).

On a le plus souvent recours aux types suivants de radiothérapie pour traiter le cancer des os.

Radiothérapie externe

Lors de la radiothérapie externe, un appareil émet des radiations à travers la peau jusqu’à la tumeur et une partie du tissu qui l’entoure. L’équipe de radiothérapie détermine la taille de la région à traiter en fonction de la taille de la tumeur et d’une marge de tissu normal tout autour. On administre habituellement la radiothérapie chaque jour à petites doses appelées fractions pendant 4 à 5 semaines.

Les médecins peuvent avoir recours aux types suivants de radiothérapie externe pour traiter une région très spécifique et épargner le plus possible de tissu normal voisin.

La radiothérapie conformationnelle avec modulation d'intensité (RCMI) émet la radiation de nombreux angles différents vers la tumeur. La RCMI permet au radio-oncologue de modifier la forme et la force de chacun des faisceaux, ce qui fait en sorte qu’une dose plus élevée peut être administrée à la tumeur et que les tissus normaux voisins reçoivent une dose plus faible. La RCMI peut être utile pour traiter les tumeurs osseuses qui se trouvent dans des endroits difficiles à atteindre comme le crâne, la colonne vertébrale et le bassin.

La protonthérapie conformationnelle est une méthode d’administration de la radiothérapie plus récente. Elle a recours à des faisceaux de protons plutôt que de rayonnement. Les faisceaux de rayonnement libèrent de l’énergie avant et après avoir atteint leur cible. Les faisceaux de protons ne libèrent leur énergie qu’après avoir circulé une certaine distance. Ainsi, ils causent moins de dommages aux tissus qu’ils traversent avant d’avoir atteint la tumeur. Elle est utile pour traiter les tumeurs osseuses qui se trouvent dans des endroits difficiles à atteindre comme près de la moelle épinière ou du cerveau.

Actuellement, il n’y a aucun appareil de protonthérapie conformationnelle au Canada. Il faut se rendre dans un centre de traitement des États-Unis pourvu de cet appareil pour recevoir le traitement.

La radiochirurgie stéréotaxique consiste à administrer de très fortes doses de radiation, en quelques séances, à une région très spécifique atteinte par le cancer. On peut y avoir recours pour traiter un cancer des os qui s’est propagé au cerveau ou aux poumons. Il est possible que la radiochirurgie stéréotaxique soit offerte dans certains centres de traitement canadiens.

Effets secondaires

Peu importe le traitement du cancer des os, il est possible que des effets secondaires se produisent, mais chaque personne les ressent différemment. Certaines en ont beaucoup alors que d’autres en éprouvent peu ou pas du tout.

Lors des séances de radiothérapie, l’équipe de soins protège le plus possible les cellules saines qui se trouvent dans la zone de traitement. Mais il est possible que les cellules saines soient endommagées et qu’elles provoquent ainsi des effets secondaires. Si des effets secondaires se manifestent, ils peuvent le faire n’importe quand pendant la radiothérapie, tout de suite après ou quelques jours, voire quelques semaines plus tard. Il arrive que des effets secondaires apparaissent des mois ou des années à la suite de la radiothérapie (effets tardifs). La plupart des effets secondaires disparaissent d’eux-mêmes ou peuvent être traités, mais certains peuvent durer longtemps ou être permanents.

Les effets secondaires de la radiothérapie dépendent surtout de la taille de la région traitée, de la région ou des organes spécifiques traités, de la dose totale et du mode d’administration. Voici certains effets secondaires courants de la radiothérapie administrée pour le cancer des os :

Avisez votre équipe de soins si vous éprouvez ces effets secondaires ou d’autres que vous croyez liés à la radiothérapie. Plus vite vous mentionnez un problème, plus rapidement on pourra vous dire comment aider à le soulager.

Questions à poser sur la radiothérapie

Apprenez-en davantage sur la radiothérapie et les effets secondaires de la radiothérapie. Afin de prendre les bonnes décisions pour vous, posez des questions sur la radiothérapie à votre équipe de soins.

Révision par les experts et références

  • American Cancer Society. Bone Cancer. 2016.
  • Gerrand C, Athanasou N, BrennanB, et al . UK guidelines for the management of bone sarcomas. Clinical Sarcoma Research. 2016: 6:7.
  • Mavrogenis AF, Ruggieri P . Therapeutic approaches for bone sarcomas. Heyman D, (ed). Bone Cancer: Primary Bone Cancer and Bone Metastases. 2nd ed. San Diego, CA: Academic Press; 2015: 34: 407–414.
  • National Comprehensive Cancer Network. NCCN Clinical Practice Guidelines in Oncology: Bone Cancer (Version 1.2017). 2016.
  • O'Donnell RJ, Dubois SC, Hass-Kogan DA . Sarcomas of bone. DeVita VT Jr, Lawrence TS, Rosenberg SA. Cancer: Principles and Practice of Oncology. 10th ed. Philadelphia: Wolters Kluwer Health/Lippincott Williams & Wilkins; 2015: 91:1292–1313.
  • Samuel LC . Bone and soft-tissue sarcoma. Yarbro CH, Wujcik D, Holmes Gobel B (eds.). Cancer Nursing: Principles and Practice. 8th ed. Burlington, MA: Jones and Bartlett Learning; 2018: 46:1243-1277.