Diagnostic du cancer des glandes salivaires

Dernière révision médicale :

Le diagnostic est le processus qui permet d’identifier la cause d’un problème de santé. Le processus diagnostique du cancer des glandes salivaires débute habituellement par une visite à votre médecin de famille. Il vous questionnera sur les symptômes que vous éprouvez et vous fera un examen physique. En se basant sur ces informations, il pourrait vous diriger vers un spécialiste ou vous prescrire des examens afin de vérifier la présence d'un cancer des glandes salivaires ou d’autres problèmes de santé.

Le processus diagnostique peut sembler long et décourageant. C'est normal de s’inquiéter, mais essayez de ne pas oublier que d’autres affections médicales peuvent causer des symptômes semblables à ceux du cancer des glandes salivaires. Il est important que l’équipe de soins élimine toute autre cause possible du problème de santé avant de poser un diagnostic de cancer des glandes salivaires.

On a habituellement recours aux tests qui suivent pour écarter ou confirmer un diagnostic de cancer des glandes salivaires. Bien des tests permettant de poser le diagnostic de cancer sont également employés pour en déterminer le stade, c'est-à-dire jusqu'où la maladie s'est propagée. Votre médecin pourrait aussi vous faire passer d'autres examens afin de vérifier votre état général de santé et d’aider à planifier votre traitement.

Antécédents de santé et examen physique

Vos antécédents de santé consistent en un bilan de vos symptômes, de vos facteurs de risque et de tous les événements et troubles médicaux que vous auriez pu éprouver dans le passé. Votre médecin vous posera des questions sur vos antécédents :

  • symptômes qui laissent croire à un cancer des glandes salivaires;

  • exposition à la radiation.

Votre médecin peut aussi vous poser des questions sur vos antécédents familiaux de tout type de cancer de la tête et du cou.

L’examen physique permet au médecin de rechercher tout signe de cancer des glandes salivaires. Lors de l’examen physique, votre médecin peut :

  • vérifier la présence de masses à la mâchoire, à la joue, au cou et à la bouche;
  • vérifier la présence de tout changement dans votre visage, comme un affaissement des muscles, une asymétrie ou des secousses musculaires;

  • vérifier la présence d’engourdissement, ou d’un manque de sensibilité, au visage;

  • vous demander d’ouvrir votre bouche et de bouger votre langue;

  • utiliser un petit miroir et une lumière pour inspecter l’intérieur de votre bouche.

Apprenez-en davantage sur l’examen physique.

Radiographie

Lors d’une radiographie, on emploie des radiations de faible dose pour produire des images de parties du corps sur film. Votre médecin pourrait demander une radiographie pour examiner une région enflée ou une bosse sur votre mâchoire.

Apprenez-en davantage sur la radiographie.

Tomodensitométrie

Lors d'une tomodensitométrie (TDM), on emploie des appareils radiographiques particuliers afin de produire des images à 3 dimensions et en coupes des organes, tissus, os et vaisseaux sanguins du corps. Un ordinateur assemble les clichés en images détaillées.

On a recours à la TDM pour localiser une tumeur des glandes salivaires et obtenir plus de renseignements sur sa taille, sa forme et son emplacement. On l’emploie aussi pour savoir si une tumeur a envahi les tissus entourant la glande salivaire, les nerfs du visage ou les ganglions lymphatiques voisins.

Les médecins peuvent aussi avoir recours à la TDM pour les guider vers une tumeur durant une biopsie. On pratique une TDM du thorax pour déterminer si le cancer s'est propagé aux poumons.

Apprenez-en davantage sur la TDM.

Imagerie par résonance magnétique

En imagerie par résonance magnétique (IRM), on a recours à de puissantes forces magnétiques et à des ondes radio-électriques pour produire des images en coupes des organes, tissus, os et vaisseaux sanguins du corps. Un ordinateur assemble les images en clichés à 3 dimensions.

L’IRM est une épreuve diagnostique de plus en plus utilisée pour les tumeurs de la glande parotide. On y a recours pour localiser une tumeur et obtenir plus de renseignements sur sa taille, sa forme et son emplacement. On l’emploie aussi pour savoir si une tumeur a envahi les tissus entourant la glande salivaire, les nerfs du visage ou les ganglions lymphatiques voisins. L'IRM est plus efficace que la tomodensitométrie pour déterminer si une tumeur des glandes salivaires est cancéreuse ou non.

Apprenez-en davantage sur l'IRM.

Échographie

Lors d'une échographie, on a recours à des ondes sonores de haute fréquence pour produire des images de parties du corps. L'échographie peut aider à déterminer le type de tumeur des glandes salivaires. Elle peut aussi renseigner les médecins sur l'apport sanguin à la tumeur et guider la biopsie.

Apprenez-en davantage sur l'échographie.

Biopsie

Lors d’une biopsie, le médecin prélève des tissus ou des cellules du corps afin qu’ils soient analysés en laboratoire. Le rapport du pathologiste indiquera s’il y a ou non des cellules cancéreuses dans l’échantillon.

Lors d’une biopsie à l’aiguille fine (BAF), on utilise une aiguille très fine et une seringue pour prélever une petite quantité de liquide ou de cellules dans une bosse ou une masse.

Une biopsie incisionnelle permet de retirer un petit bout de tissu d’une masse dans une glande salivaire à travers une incision (coupure). On peut y avoir recours si la BAF ne fournit pas suffisamment de tissu pour que le médecin puisse poser un diagnostic.

Si les examens d'imagerie et la biopsie ne permettent pas aux médecins de poser un diagnostic, on pourrait retirer toute la masse lors d’une chirurgie et ensuite l'analyser pour vérifier la présence de cellules cancéreuses.

Apprenez-en davantage sur la biopsie.

Questions à poser à votre équipe de soins

Afin de prendre les bonnes décisions pour vous, posez des questions sur le diagnostic à votre équipe de soins.