États précancéreux du pénis

Les états précancéreux du pénis sont des changements subis par les cellules du pénis qui les rendent plus susceptibles de devenir cancéreuses. Ces états ne sont pas encore cancéreux, mais les changements anormaux dans les cellules pourraient se transformer en cancer du pénis s’ils ne sont pas traités.

Les états précancéreux du pénis les plus fréquents sont ceux-ci :

  • néoplasie intra-épithéliale pénienne (PIN)
  • kraurosis penis
  • tumeur de Buschke-Löwenstein
  • papulose bowénoïde
  • leucoplasie

Néoplasie intra-épithéliale pénienne (PIN)

La néoplasie intra-épithéliale pénienne (PIN) est l’état précancéreux du pénis le plus courant. PIN est un terme général qu’on emploie pour décrire les états précancéreux du pénis qui peuvent se transformer en carcinome épidermoïde invasif s’ils ne sont pas traités.

La PIN correspond aux changements cellulaires anormaux, soit un carcinome in situ, qui se produisent à la surface de la peau du pénis.

  • La PIN qui apparaît sur le gland (tête) ou sur le prépuce du pénis porte aussi le nom d’érythroplasie de Queyrat.
  • La PIN qui apparaît sur le corps du pénis est également appelée maladie de Bowen.

L’érythroplasie de Queyrat et la maladie de Bowen ont des caractéristiques semblables, se comportent de façon identique et sont liées à des types similaires d’infections au virus du papillome humain (VPH). On les traite généralement de la même manière.

Facteurs de risque

Les facteurs de risque qui suivent peuvent accroître la probabilité qu'un homme soit un jour atteint de PIN :

  • infection au VPH
  • incapacité de relever (rétracter) complètement le prépuce sur le gland (phimosis)
  • mauvaise hygiène génitale
  • irritation, inflammation et infection à long terme (chroniques) du pénis
  • système immunitaire affaibli
  • tabagisme
  • exposition aux rayons ultraviolets (UV), dont la PUVA thérapie
  • partenaires sexuels multiples, ce qui peut accroître le risque d’être infecté par le VPH
  • exposition à l’arsenic – facteur de risque seulement de la maladie de Bowen
  • ne pas être circoncis

 

Bien que certaines données permettent de dire que la circoncision réduit le risque de cancer du pénis, on n’a pas suffisamment de preuves pour recommander la circoncision comme outil de prévention du cancer du pénis. La Société canadienne de pédiatrie ne recommande pas systématiquement la circoncision des nouveau-nés de sexe masculin. Cette décision est très personnelle et dépend davantage de motifs religieux et culturels que de raisons médicales.

Symptômes

Les signes et symptômes de la PIN comprennent ceux-ci :

  • une seule ou plusieurs masses ou lésions (ulcères) anormales sur le pénis qui peuvent être surélevées ou plates avec un contour irrégulier, blanches ou rouges, encroûtées ou écailleuses et qui peuvent saigner et démanger
  • douleur quand on urine
  • écoulement du pénis
  • incapacité de relever complètement le prépuce sur le gland

Diagnostic

Si vous présentez des symptômes de PIN ou si votre médecin croit que vous pourriez en être atteint, des examens seront effectués afin de poser un diagnostic dont ceux-ci :

  • antécédents médicaux et examen physique
  • biopsie de la région anormale

Traitement

Puisqu’on considère que la PIN est un carcinome in situ, on la traite de la même façon qu’un cancer du pénis de stade 0.

Kraurosis penis

Le kraurosis penis est un trouble inflammatoire de la peau du prépuce et du gland du pénis. On peut aussi l’appeler lichen scléreux du pénis.

On ne connaît pas de facteurs de risque au kraurosis penis.

Symptômes

Les signes et symptômes du kraurosis penis comprennent ceux-ci :

  • plaque blanchâtre et écailleuse qui affecte habituellement l’ouverture de l’urètre (méat)
  • démangeaisons ou sensation de brûlure
  • perte de sensibilité du gland
  • douleur quand on urine
  • érection douloureuse
  • jet d’urine faible ou réduit
  • écoulement du pénis
  • incapacité de relever complètement le prépuce sur le gland
  • incapacité de ramener le prépuce rétracté sur le gland (paraphimosis)

Diagnostic

Si vous présentez des symptômes de kraurosis penis ou si votre médecin croit que vous pourriez en être atteint, des examens seront effectués afin de poser un diagnostic dont ceux-ci :

  • examen physique
  • biopsie

Traitement

Les options de traitement du kraurosis penis comprennent celles-ci :

  • crème topique à base de stéroïdes – topique signifie appliqué directement sur la peau dans une base de crème ou de gel
  • tacrolimus (Protopic) topique
  • chirurgie pour ouvrir l’urètre s’il a rétréci
  • circoncision pour l’homme qui n’est pas circoncis
  • chirurgie au laser

Tumeur de Buschke-Löwenstein

On observe le plus souvent la tumeur de Buschke-Löwenstein sur le gland du pénis. On dit parfois que c’est un cancer de bas grade lié au carcinome verruqueux du pénis. La tumeur de Buschke-Löwenstein se développe lentement et peut atteindre jusqu’à 15 cm de diamètre.

Symptômes

Les signes et symptômes de la tumeur de Buschke-Löwenstein comprennent ceux-ci :

  • masse ou lésion (ulcère) anormale sur le pénis qui peut ressembler à une verrue génitale ayant l’aspect d’un chou-fleur
  • tumeur ou région anormale dont l’odeur est nauséabonde
  • ganglions lymphatiques enflés à l’aine, habituellement à cause d’une infection secondaire

Diagnostic

Si vous présentez des symptômes de la tumeur de Buschke-Löwenstein ou si votre médecin croit que vous pourriez en être atteint, des examens seront effectués afin de poser un diagnostic dont ceux-ci :

  • antécédents médicaux et examen physique
  • biopsie
  • imagerie par résonance magnétique (IRM)

Traitement

On traite la tumeur de Buschke-Löwenstein de la même façon qu’un carcinome in situ, ou cancer du pénis de stade 0.

Papulose bowénoïde

La papulose bowénoïde risque vraiment très peu de se transformer en cancer. Elle affecte plus souvent les jeunes hommes que les hommes âgés.

Facteurs de risque

Une infection au VPH peut accroître la probabilité qu'un homme soit un jour atteint de papulose bowénoïde.

Symptômes

Les signes et symptômes de la papulose bowénoïde peuvent comprendre une ou plusieurs régions surélevées et verruqueuses qui sont rougeâtres ou de la même couleur que votre peau et dont la taille varie. Elles apparaissent sur le corps du pénis ou la peau périnéale tout près.

Diagnostic

Si vous présentez des symptômes de papulose bowénoïde ou si votre médecin croit que vous pourriez en être atteint, des examens seront effectués afin de poser un diagnostic. Voici ce qu'on pourrait faire :

  • antécédents médicaux et examen physique;
  • biopsie.

Traitement

Les options de traitement de la papulose bowénoïde comprennent celles-ci :

  • chirurgie
  • chirurgie au laser
  • cryochirurgie
  • chimiothérapie topique (sous forme de crème appliquée sur la peau) à base de 5-fluorouracil (Efudex, 5-FU), de podophylline (Pod-Ben-25, Podofin) ou d’acide rétinoïque
  • immunothérapie topique à base d’imiquimod (Aldara)
  • curetage et électrodessication

Leucoplasie

La leucoplasie peut se transformer en carcinome épidermoïde.

Facteurs de risque

Les facteurs de risque qui suivent peuvent accroître la probabilité qu'un homme soit un jour atteint de leucoplasie :

  • infection au VPH
  • incapacité de relever complètement le prépuce sur le gland
  • mauvaise hygiène génitale
  • irritation, inflammation et infection à long terme du pénis
  • ne pas être circoncis

Bien que certaines données permettent de dire que la circoncision réduit le risque de cancer du pénis, on n’a pas suffisamment de preuves pour recommander la circoncision comme outil de prévention du cancer du pénis. La Société canadienne de pédiatrie ne recommande pas systématiquement la circoncision des nouveau-nés de sexe masculin. Cette décision est très personnelle et dépend davantage de motifs religieux et culturels que de raisons médicales.

Signes et symptômes

Les signes et symptômes de la leucoplasie sont des régions ou des taches blanchâtres anormales qui peuvent se former sur l’ouverture de l’urètre.

Diagnostic

Si vous présentez des symptômes de leucoplasie ou si votre médecin croit que vous pourriez en être atteint, des examens seront effectués afin de poser un diagnostic dont ceux-ci :

  • antécédents médicaux et examen physique
  • biopsie

Traitement

On traite habituellement la leucoplasie par chirurgie.

Révision par les experts et références

  • American Cancer Society. Penile Cancer. 2015: http://www.cancer.org/acs/groups/cid/documents/webcontent/003132-pdf.pdf.
  • Brosman SA . Penile cancer. eMedicine.Medscape.com. WebMD LLC; 2011.
  • Penile (penis) cancer. Cancer Research UK. CancerHelp UK. Cancer Research UK; 2010.
  • Chaux A & Cubilla AL . Diagnosis, epidemiology and pathology or penile cancer. Scardino PT, Lineham WM, Zelefsky MJ & Vogelzang NJ (eds.). Comprehensive Textbook of Genitourinary Oncology. 4th ed. Philadelphia: Wolters Kluwer/Lippincott Williams & Wilkins; 2011: 46: pp. 803-810.
  • Egan KM . Erythroplasia of Queyrat (Bowen Disease of the Glans Penis). eMedicine.Medscape.com. WebMD LLC; 2010.
  • Eid MP . Bowen disease. eMedicine.Medscape.com. WebMD LLC; 2009.
  • Kauffman CK . Giant condylomata acuminata of Buschke and Lowenstein. eMedicine.Medscape.com. WebMD LLC; 2009.
  • Pizzocaro G, Algaba F, Horenblas S, et al . Guidelines on penile cancer. European Urology. Elsevier; 2010.
  • Scheinfeld NS . Balanitis xerotica obliterans. eMedicine.Medscape.com. Omaha: WebMD LLC; 2011.
  • Trabulsi EJ, Gomell LG . Cancer of the urethra and penis. DeVita VT Jr, Lawrence TS, Rosenberg SA. Cancer: Principles & Practice of Oncology. 10th ed. Philadelphia: Wolters Kluwer Health/Lippincott Williams & Wilkins; 2015: 69:981-987.