Pronostic et survie pour le cancer du poumon

Si vous êtes atteint d'un cancer du poumon, vous vous posez peut-être des questions sur votre pronostic. Le pronostic est l'acte par lequel le médecin évalue le mieux comment le cancer affectera une personne et comment il réagira au traitement. Le pronostic et la survie dépendent de nombreux facteurs. Seul un médecin qui connaît bien vos antécédents médicaux, le type de cancer dont vous êtes atteint, le stade et d'autres caractéristiques de la maladie, les traitements choisis et la réaction au traitement peut examiner toutes ces données de concert avec les statistiques de survie pour en arriver à un pronostic.

Un facteur pronostique est un aspect du cancer ou une caractéristique de la personne, comme son état de santé global, que le médecin prend en considération lorsqu'il fait un pronostic. Un facteur prédictif influence la façon dont le cancer répond à un certain traitement. On aborde souvent les facteurs pronostiques et les facteurs prédictifs ensemble. Ils jouent tous les deux un rôle dans le choix du plan de traitement et dans l'établissement du pronostic.

Les éléments suivants sont les facteurs pronostiques ou prédictifs du cancer du poumon.

Stade

Le stade est le plus important facteur pronostique du cancer du poumon. Les stades précoces du cancer du poumon non à petites cellules (stades 0 et 1) engendrent un meilleur pronostic que les stades avancés (stades 2, 3 et 4).

Dans le cas du cancer du poumon à petites cellules, une maladie de stade limité engendre un meilleur pronostic qu'une maladie de stade étendu.

Perte de poids

Une personne qui a perdu plus de 5 % de son poids corporel avant le traitement a un pronostic moins favorable qu’une personne qui n’a pas perdu beaucoup de poids.

Indice fonctionnel

L’indice fonctionnel est la mesure de la capacité d’une personne à effectuer ses activités quotidiennes et ses tâches courantes. Les personnes dont l’indice fonctionnel est élevé ont un meilleur pronostic que celles dont l’indice est faible.

Sexe

La femme atteinte d’un cancer du poumon a un pronostic un peu plus encourageant qu’un homme atteint de la même maladie.

État de santé global

Les personnes dont l'état de santé global est meilleur sont plus susceptibles d'être en mesure de subir une chirurgie pour enlever le cancer du poumon, ce qui pourrait améliorer leur survie. Elles pourraient également mieux tolérer la chimiothérapie et la radiothérapie que les personnes qui ne sont pas en bonne santé.

Les personnes atteintes de troubles pulmonaires et cardiaques ont un pronostic moins favorable si elles reçoivent un diagnostic de cancer du poumon.

Changements génétiques dans les cellules cancéreuses

Lors du processus diagnostique, on fait des analyses sur les cellules du cancer du poumon afin de savoir si les gènes des cellules cancéreuses ont subi certains changements (mutations). Un cancer du poumon qui présente certains changements génétiques pourrait mieux répondre aux traitements conçus pour cibler ces changements spécifiques.

Révision par les experts et références

  • Stephen Lam, MD, FRCPC
  • Goldstraw P, Chansky K, Crowley J, et al. The IASLC lung cancer staging project: proposals for the revision of the TNM stage groupings in the forthcoming (eighth) edition of the TNM Classification for Lung Cancer. Journal of Thoracic Oncology. 2015: 11(1):39–51.
  • American Cancer Society. Lung Cancer Early Detection, Diagnosis, and Staging. 2019: https://www.cancer.org/cancer/lung-cancer/detection-diagnosis-staging.html.
  • Brundage M, MacKillop W. Lung cancer. Gospodarowicz MK, O'Sullivan B, Tobin, LH, et al. (Eds.). Prognostic Factors in Cancer. 3rd ed. Hoboken, NJ: John Wiley & Sons, Inc.; 2006: 19:159-163.

Statistiques de survie pour le cancer du poumon non à petites cellules

Les statistiques de survie au cancer du poumon non à petites cellules (CPNPC) sont des estimations très générales qui doivent être interprétées avec prudence. Puisqu’elles sont fondées sur l’expérience de groupes de personnes, elles ne permettent pas de prévoir les chances de survie d’une personne en particulier.

Statistiques de survie pour le cancer du poumon à petites cellules

Les statistiques de survie au cancer du poumon à petites cellules sont des estimations très générales qui doivent être interprétées avec prudence. Puisqu’elles sont fondées sur l’expérience de groupes de personnes, elles ne permettent pas de prévoir les chances de survie d’une personne en particulier.