Chirurgie du cancer de l’estomac

Dernière révision médicale :

On a souvent recours à la chirurgie pour traiter le cancer de l’estomac. Le type de chirurgie que vous subirez dépend surtout de la taille de la tumeur et du stade du cancer. Quand votre équipe de soins planifie la chirurgie, elle prend aussi en considération d’autres facteurs comme :

  • le type de cancer de l’estomac;
  • votre âge;
  • le fonctionnement de vos organes et votre état de santé global;
  • votre état nutritionnel (dans quelle mesure les besoins nutritionnels de votre corps sont comblés).

On peut pratiquer une chirurgie pour différentes raisons. Vous pouvez avoir une chirurgie pour :

  • enlever complètement la tumeur et les ganglions lymphatiques voisins;
  • enlever la plus grande partie possible de la tumeur avant d’administrer d’autres traitements;
  • reconstruire le tube digestif (tractus gastro-intestinal ou GI) une fois que l'estomac a été enlevé;
  • soulager la douleur et d'autres symptômes d’un cancer de l’estomac de stade avancé (chirurgie palliative).

On a recours aux types suivants de chirurgie pour traiter le cancer de l’estomac. Vous pourriez aussi recevoir d’autres traitements avant ou après la chirurgie.

La chirurgie du cancer de l'estomac se fait sous anesthésie générale (un médicament vous plonge dans un profond sommeil, de sorte que vous ne ressentez pas de douleur).

Résection endoscopique (RE)

La résection endoscopique (RE) est une chirurgie spécialisée qui permet de traiter un petit cancer de l’estomac (moins de 2 cm) de stade précoce qui ne s’est pas propagé au-delà du revêtement interne de l’estomac (muqueuse) ou de la couche de tissu conjonctif qui l'entoure (sous-muqueuse). Le risque de propagation du cancer aux ganglions lymphatiques voisins est faible.

Selon la méthode utilisée pour retirer le tissu, la RE peut porter le nom de résection muqueuse endoscopique (RME) ou de dissection sous-muqueuse endoscopique (DSE). La RME est la plus courante.

Pour effectuer la RE, on insère un endoscope dans la bouche et on le fait descendre dans la gorge jusqu’à l’estomac. À l'aide d'instruments chirurgicaux, on détache la tumeur de la paroi de l'estomac. On peut injecter du liquide sous la tumeur pour la dégager de la paroi de l’estomac et la rendre plus facile à enlever.

Au Canada, on traite très peu souvent le cancer de l’estomac par RE puisqu’on le détecte rarement à un stade aussi précoce.

Résection limitée

Lors d’une résection limitée (aussi appelée résection cunéiforme), on enlève la partie de la paroi de l'estomac où se trouve la tumeur ainsi qu’une marge de tissu sain autour de la tumeur. Elle est parfois effectuée pour traiter un petit (moins de 3 cm) cancer de l’estomac de stade précoce.

La résection limitée peut être faite par laparotomie (chirurgie ouverte de l’abdomen) ou par laparoscopie.

Gastrectomie

La gastrectomie est l’intervention chirurgicale la plus couramment pratiquée pour traiter le cancer de l'estomac. Elle consiste à enlever une partie ou la totalité de l’estomac. D’autres organes ou régions, par exemple l’épiploon, sont parfois enlevés lors d’une gastrectomie. Pendant l'intervention, on enlève aussi les ganglions lymphatiques entourant l'estomac (curage ganglionnaire).

Le chirurgien pratique habituellement une grande coupure (incision) dans l’abdomen pour retirer l'estomac. Depuis quelques années, certains chirurgiens ont recours à la chirurgie par laparoscopie. Cette technique consiste pour le chirurgien à faire plusieurs petites incisions permettant d'insérer un endoscope et des instruments particuliers pour enlever l'estomac.

Le type de gastrectomie pratiqué dépend du stade du cancer et de l'endroit où la tumeur se trouve dans l'estomac.

Gastrectomie partielle distale

On a recours à la gastrectomie partielle distale seulement si la tumeur est située dans la partie inférieure (distale) de l’estomac. On ne la pratique pas dans le cas de tumeurs situées dans le fundus (la partie arrondie du haut de l'estomac) ou la jonction œsophago-gastrique (la où l'œsophage se joint à l'estomac).

Cette chirurgie permet d’enlever :

  • la partie inférieure de l’estomac renfermant la tumeur ainsi qu’une marge de tissu sain tout autour (marge chirurgicale);
  • une partie du duodénum;
  • les ganglions lymphatiques avoisinants autour de l’estomac.

On reconstruit ensuite le tube digestif en rattachant le jéjunum à la partie supérieure restante de l’estomac. On déplace le canal biliaire qu’on fait entrer dans la partie restante du duodénum, en dessous de l’endroit où l’estomac et le jéjunum sont rattachés (dérivation avec anse de Roux en Y).

Schéma de la gastrectomie partielle distale
Schéma de la gastrectomie partielle distale

Gastrectomie partielle proximale

On a recours à la gastrectomie partielle proximale si la tumeur est située dans la partie supérieure (proximale) de l’estomac et dans la région où l’estomac se joint à l’œsophage (jonction œsophago-gastrique). Cette chirurgie permet d’enlever :

  • la partie supérieure de l’estomac;
  • la partie inférieure de l’ œsophage, en partie ou en totalité;
  • les ganglions lymphatiques avoisinants autour de l’estomac.

On reconstruit ensuite le tube digestif en remontant la partie restante de l’estomac jusqu’à la partie restante du haut de l’œsophage (transposition gastrique).

Schéma de la gastrectomie partielle proximale
Schéma de la gastrectomie partielle proximale

Gastrectomie totale

On a recours à la gastrectomie totale pour traiter un cancer qui s’est propagé dans tout l’estomac ou une tumeur qui se trouve dans la partie centrale ou supérieure de l’estomac. Cette chirurgie permet d’enlever :

  • tout l’estomac;
  • la partie inférieure de l’œsophage;
  • la première partie du duodénum;
  • une partie ou la totalité de tout organe voisin où la tumeur gastrique s’est propagée, comme le pancréas, la rate ou le foie;
  • les ganglions lymphatiques avoisinants autour de l’estomac.

On reconstruit ensuite le tube digestif :

  • La partie restante du duodénum est séparée du jéjunum, mais le duodédum demeure relié au canal biliaire et au canal pancréatique.
  • Le jéjunum est rattaché à l’extrémité restante de l’œsophage.
  • La partie restante du duodénum est fixée plus bas sur le jéjunum, en dessous de l’endroit où l’œsophage et le jéjunum sont rattachés (dérivation avec anse de Roux en Y).

Cette reconstruction permet à la bile et aux sucs pancréatiques d’entrer dans l’appareil digestif sans endommager la partie restante de l’œsophage.

Schéma de la gastrectomie totale
Schéma de la gastrectomie totale

Curage ganglionnaire

Le curage ganglionnaire est une chirurgie pratiquée pour enlever plusieurs ganglions lymphatiques. Dans le cas du cancer de l'estomac, on l'effectue lors d'une gastrectomie.

On classe le type de curage ganglionnaire selon l’emplacement des ganglions lymphatiques qui sont enlevés. Lors d’un curage ganglionnaire de type D1, on enlève les ganglions lymphatiques fixés à la paroi externe de la région de l’estomac où est située la tumeur. Lors d’un curage ganglionnaire de type D2, on enlève les mêmes ganglions lymphatiques que lors d’un curage ganglionnaire de type D1, en plus des ganglions entourant plusieurs gros vaisseaux sanguins voisins de l’estomac. Le curage ganglionnaire de type D2 est une chirurgie plus longue et plus compliquée.

Apprenez-en davantage sur le curage ganglionnaire.

Chirurgie palliative

On peut avoir recours à la chirurgie pour soulager les symptômes d’un cancer de l’estomac de stade avancé, tels que :

  • les saignements;
  • la douleur;
  • l’incapacité de manger;
  • une obstruction ou un blocage (une tumeur peut bloquer l’entrée ou le passage des aliments dans l’estomac);
  • une perforation (une tumeur peut traverser la paroi de l’estomac et créer une ouverture vers l’abdomen).

Le type de chirurgie palliative pratiqué dépend de vos symptômes, de l’emplacement de la tumeur gastrique ainsi que de votre état de santé global.

Dérivation gastrique

On peut avoir recours à la dérivation chirurgicale pour détourner le passage des aliments et des liquides autour d’une tumeur qui bloque l’estomac ou l’œsophage. On coupe la partie de l’estomac qui se trouve au-dessus du blocage, puis on la rattache à l’intestin grêle. Cela permet aux aliments de passer par l’estomac avant de se rendre à l’intestin grêle. La dérivation gastrique est parfois aussi appelée gastrojéjunostomie.

On pourrait faire une dérivation gastrique si vous ne pouvez pas subir de gastrectomie en raison de problèmes de santé ou si le fait d’enlever la tumeur n’améliorerait pas votre qualité de vie.

Chirurgie pour traiter une occlusion intestinale

Une occlusion intestinale (ou blocage intestinal) survient lorsque l’intestin grêle ou le côlon est partiellement ou complètement obstrué. Cette obstruction empêche la nourriture, les liquides et les gaz de circuler normalement dans les intestins. En cas d’occlusion intestinale, une chirurgie peut être nécessaire pour enlever ou contourner la partie de l’intestin qui est bloquée.

Résection limitée ou gastrectomie partielle

On peut également effectuer une résection limitée (décrite précédemment) chez les personnes atteintes d’un cancer de l’estomac de stade avancé. Le but de la chirurgie est d’enlever la plus grande partie possible de la tumeur afin de dégager une obstruction ou de maîtriser un saignement qu’il est difficile d’arrêter.

Mise en place d’une endoprothèse

Une endoprothèse est un tube creux fait de métal ou de plastique. On peut mettre en place une endoprothèse quand une tumeur bloque l’ouverture de l’estomac située près de l’œsophage. Cela permet à la personne atteinte d’un cancer de l’estomac de stade avancé d’avaler plus facilement. On peut aussi placer l’endoprothèse à l'entrée du duodénum, de façon à permettre à la nourriture de passer de l’estomac à l’intestin grêle.

Le médecin met l’endoprothèse en place à l’aide d’un endoscope. Il insère l’endoscope dans la bouche et le fait descendre dans l’œsophage jusque dans l’estomac.

Mise en place d’une sonde d’alimentation

Si la chirurgie ou d’autres traitements ne permettent pas de dégager le blocage causé par une tumeur gastrique, il est possible de mettre en place une sonde d’alimentation par une ouverture chirurgicale pratiquée dans l’abdomen. On peut également avoir recours à une sonde d’alimentation pendant une courte période à la suite d’une chirurgie du cancer de l’estomac.

On utilise une sonde d'alimentation pour nourrir une personne par voie liquide afin de l’aider à maintenir un poids santé. La sonde sert également à administrer des médicaments. On peut mettre en place la sonde d’alimentation dans :

  • l’estomac (sonde de gastrostomie);
  • l’intestin grêle (sonde de jéjunostomie).

Ablation endoscopique de la tumeur

L’ablation endoscopique de la tumeur est une chirurgie au laser visant à détruire une partie de la tumeur gastrique. On peut envisager cette technique chez les personnes qui ne peuvent tolérer la chirurgie. On peut y avoir recours pour arrêter un saignement ou pour dégager une obstruction causée par la tumeur chez les personnes atteintes d'un cancer de l'estomac de stade avancé. Cette intervention peut aussi aider une personne à se nourrir plus facilement.

Effets secondaires de la chirurgie du cancer de l’estomac

Peu importe le traitement du cancer de l’estomac, il est possible que des effets secondaires se produisent, mais chaque personne les ressent différemment. Certaines en ont beaucoup alors que d'autres en éprouvent peu.

Si des effets secondaires se manifestent, ils peuvent le faire n’importe quand pendant la chirurgie, tout de suite après ou quelques jours, voire quelques semaines plus tard. Il arrive que des effets secondaires apparaissent des mois ou des années à la suite de la chirurgie (effets tardifs). La plupart disparaissent d’eux-mêmes ou peuvent être traités, mais certains risquent de durer longtemps ou d’être permanents.

Les effets secondaires de la chirurgie dépendent surtout du type de chirurgie et de votre état de santé global. La chirurgie du cancer de l'estomac peut causer ces effets secondaires :

  • douleur;
  • saignements;
  • caillots sanguins;
  • infection;
  • syndrome de chasse;
  • dommages aux organes voisins, comme l’intestin grêle ou la rate;
  • fuite à l’emplacement où l'estomac ou l’œsophage et l'intestin grêle ont été reliés (fuite anastomotique);
  • manque de vitamine B12 (carence).

Avisez votre équipe de soins si vous éprouvez ces effets secondaires ou d’autres que vous croyez liés à la chirurgie. Plus tôt vous signalez un problème, plus rapidement on pourra vous dire comment aider à le traiter.

Questions à poser sur la chirurgie

Apprenez-en davantage sur la chirurgie et les effets secondaires de la chirurgie. Afin de prendre les bonnes décisions pour vous, posez des questions sur la chirurgie à votre équipe de soins.

Révision par les experts et références

  • American Cancer Society . Treating Stomach Cancer . 2017 : https://www.cancer.org/.
  • American Society of Clinical Oncology (ASCO) . Cancer.Net: Stomach Cancer. 2020: https://www.cancer.net/.
  • Cancer Care Ontario. Evidence-Based Series 2-19: Staging and Surgical Approaches in Gastric Cancer. 2017: https://www.cancercareontario.ca/en.
  • National Comprehensive Cancer Network . NCCN Clinical Practice Guidelines in Oncology: Gastric Cancer (Version 1.2019). https://www.nccn.org/home.
  • National Cancer Institute. Gastric Cancer Treatment (PDQ®)–Health Professional Version. National Institutes of Health; 2018: https://www.cancer.gov/.
  • National Cancer Institute. Gastric Cancer Treatment (PDQ®)–Patient Version. National Institutes of Health; 2018: https://www.cancer.gov/.
  • Alberta Health Services. Clinical Practice Guideline GI-008 Version 4: Gastric Cancer. Edmonton, AB: 2016: https://www.albertahealthservices.ca/.
  • Daoud DC, Suter N, Durand M, Bouin M, Faulques B, von Renteln D. Comparing outcomes for endoscopic submucosal dissection between Eastern and Western countries: a systematic review and meta-analysis. World Journal of Gastroenterology. 2018: 24(23):2518–2536. https://www.wjgnet.com/1007-9327/full/v24/i23/2518.htm.