Facteurs de risque du cancer de la peau autre que le mélanome

Un facteur de risque est quelque chose qui accroît le risque d’apparition d’un cancer. Ce peut être un comportement, une substance ou un état. La plupart des cancers sont attribuables à de nombreux facteurs de risque. Le plus important facteur de risque du cancer de la peau autre que le mélanome est les rayons ultraviolets (UV) émanant du soleil et du bronzage artificiel.

Le cancer de la peau autre que le mélanome est le cancer le plus souvent diagnostiqué chez les Canadiens. Il représente au moins 40 % de tous les nouveaux cas de cancer au Canada.

Les statistiques sur le cancer de la peau autre que le mélanome révèlent que le risque d’en être atteint augmente avec l’âge. La plupart des nouveaux cas sont diagnostiqués chez des personnes âgées en 80 et 90 ans. Mais au Canada, la plupart des registres du cancer ne recueillent pas de données sur le cancer de la peau autre que le mélanome puisqu’il est difficile d’en faire le suivi. Il arrive souvent que les données ne soient pas consignées parce qu’en général, on diagnostique et on traite facilement le cancer de la peau autre que le mélanome dans le bureau du médecin.

Parmi les types les plus courants de cancer de la peau autre que le mélanome, le carcinome basocellulaire (CBC) semble affecter l’homme autant que la femme, et on diagnostique plus souvent le carcinome spinocellulaire (CSC) chez l’homme.

La kératose sénile est un état précancéreux de la peau. Ce n’est pas un cancer, mais elle peut parfois se transformer en CSC si elle n’est pas traitée. Certains des facteurs de risque du cancer de la peau autre que le mélanome peuvent aussi causer la kératose sénile. Apprenez-en davantage sur la kératose sénile.

Les facteurs de risque sont habituellement classés du plus important au moins important. Mais, dans la plupart des cas, il est impossible de les classer avec une certitude absolue.

Rayons ultraviolets (UV)

Être en contact avec des rayons ultraviolets (UV) est le facteur de risque le plus important du cancer de la peau. Le soleil est la source principale de rayons UV. Les appareils de bronzage artificiel, comme les lits de bronzage et les lampes solaires, sont également une source de rayons UV.

Être bronzé signifie que votre peau a été endommagée par les rayons UV. Les rayons UV peuvent causer des coups de soleil, le vieillissement prématuré, des cataractes et des cancers de la peau.

La plupart des cas de cancer de la peau autre que le mélanome sont causés par un contact prolongé avec les rayons UV du soleil. Les personnes qui travaillent dehors, comme les agriculteurs, risquent davantage d’être atteintes d’un cancer de la peau autre que le mélanome parce qu’elles sont dehors pendant de longues périodes. Les personnes qui vivent à haute altitude ou dans des régions où le soleil brille ardemment tout au long de l'année risquent également davantage d'être atteintes d'un cancer de la peau autre que le mélanome.

Le CBC affecte plus souvent les personnes au teint clair. Son apparition a surtout été liée à une exposition intermittente aux rayons UV, aux coups de soleil et à une surexposition dans l’enfance et à l’adolescence.

L’apparition du CSC a surtout été liée à l’exposition totale à vie au soleil, dont l’exposition récréative et professionnelle et la surexposition aux rayons UV dans l’enfance.

Peau, yeux, poils et cheveux de couleur pâle

Les personnes dont le teint est clair ou pâle risquent davantage d'être atteintes d'un cancer de la peau autre que le mélanome que les personnes dont le type de peau est différent. Les personnes qui ont les poils et les cheveux blonds ou roux et les yeux bleus, verts ou gris risquent également davantage d’avoir un cancer de la peau autre que le mélanome. Leur risque est plus élevé puisque les personnes qui présentent ces caractéristiques ont moins de mélanine. La mélanine est la substance qui donne la couleur à la peau, aux yeux, aux poils et aux cheveux. Les experts croient qu’elle aide aussi à protéger la peau des rayons UV. Les personnes qui ont un teint clair ou pâle et qui ont eu d’importants coups de soleil à un jeune âge risquent le plus d’être atteintes d’un cancer de la peau autre que le mélanome.

L'albinisme est une affection caractérisé par un manque de mélanine dans la peau, les yeux et les cheveux. La peau des personnes qui en sont atteintes brûle facilement, ce qui les rend plus à risque d’avoir un cancer de la peau autre que le mélanome.

Antécédents personnels de cancer de la peau

Les personnes qui ont déjà été atteintes d'un cancer de la peau (mélanome ou autre que le mélanome) risquent davantage d'avoir un autre cancer de la peau, dont le CBC et le CSC.

Rayonnement ionisant

Les personnes ayant déjà reçu une radiothérapie, qui est une source de rayonnement ionisant, risquent davantage d’avoir un cancer de la peau autre que le mélanome dans la région traitée. Ce type de cancer de la peau peut apparaître de 15 à 20 ans après la radiothérapie.

L'exposition à la radiation causée par des retombées nucléaires, comme à Hiroshima au Japon, est liée à une hausse du risque de cancer de la peau autre que le mélanome.

Arsenic

Être en contact avec l’arsenic accroît le risque de cancer de la peau autre que le mélanome. L’arsenic est une substance présente naturellement dans la roche et le sol. L’arsenic et les substances qui contiennent de l'arsenic sont aussi présents dans certains types de produits de préservation du bois, de pesticides et d’insecticides.

Les personnes qui travaillent dans l'exploitation minière et la fusion des minerais peuvent être exposées à l’arsenic. Celles qui fabriquent et appliquent des pesticides et des insecticides peuvent aussi être exposées à l'arsenic.

Le plus grand risque d'exposition est la consommation d'eau potable qui contient une concentration élevée d'arsenic. L’arsenic peut s’infiltrer dans l’eau potable à partir de sources naturelles ou de certains types d’exploitation minière, de fusion des minerais ou d’usines de fabrication.

Travail avec certains produits

Travailler avec certains produits fait augmenter le risque de cancer de la peau autre que le mélanome. Ce sont entre autres le charbon et l'argile litée, le goudron et le brai industriels, la créosote, la suie de cheminée et la paraffine.

PUVA thérapie

La PUVA thérapie est employée pour traiter des affections cutanées comme le psoriasis. On associe le médicament appelé psoralène aux rayons ultraviolets A (UVA). Le psoralène rend la peau plus sensible aux rayons UVA. Recevoir une PUVA thérapie sur une longue période accroît votre risque d’être atteint d’un CSC.

Xeroderma pigmentosum

La xeroderma pigmentosum est une affection héréditaire de la peau qui l’empêche de réparer les dommages causés par le soleil. Une personne atteinte de xeroderma pigmentosum a la peau plus sensible aux rayons UV, ce qui la fait changer de couleur et vieillir prématurément. Les personnes atteintes de xeroderma pigmentosum risquent aussi davantage d’avoir un cancer de la peau autre que le mélanome ainsi qu’un mélanome.

Nævomatose basocellulaire

La nævomatose basocellulaire est aussi appelée syndrome de Gorlin ou carcinomatose basocellulaire. C’est un trouble héréditaire rare causé par une mutation dans un gène suppresseur de tumeur appelé gène patched 1 (PTCH1).

La nævomatose basocellulaire cause différents problèmes à la peau, aux yeux, au système nerveux, aux glandes endocrines et à la mâchoire. Les personnes atteintes de ce syndrome risquent davantage d’avoir de nombreux carcinomes basocellulaires.

Système immunitaire affaibli

Les personnes dont le système immunitaire est affaibli risquent davantage d’être atteintes d’un cancer de la peau autre que le mélanome. On parle entre autres des personnes qui ont subi une greffe d’organe et qui doivent prendre des médicaments pour inhiber leur système immunitaire ainsi que de celles qui ont été infectées par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH).

Facteurs de risque possibles

On a établi un certain lien entre les facteurs qui suivent et le cancer de la peau autre que le mélanome, mais on ne possède pas suffisamment de preuves pour affirmer qu'ils sont des facteurs de risque. On doit faire plus de recherches pour clarifier le rôle de ces facteurs dans l’apparition du cancer de la peau autre que le mélanome :

  • infection au virus du papillome humain (VPH)
  • médicaments qui rendent la peau plus sensible au soleil (photosensibilisants)
  • nombreux grains de beauté ou taches de rousseur
  • tabagisme

Questions à poser à votre équipe de soins

Afin de prendre les bonnes décisions pour vous, posez des questions sur les risques à votre équipe de soins.

Révision par les experts et références

  • Canadian Cancer Society's Advisory Committee on Cancer Statistics. Canadian Cancer Statistics 2014. Toronto, ON: Canadian Cancer Society; 2014.
  • Chahoud J, Semaan A, Chen Y, et al . Association between ß-genus human papillomavirus and cutaneous squamous cell carcinoma in immunocompetent individuals: a meta-analysis. JAMA Dermatology. 2016.
  • Ferrucci LM, Cartmel B, Molinaro AM, Leffell DJ, Bale AE, Mayne ST . Indoor tanning and risk of early-onset basal cell carcinoma. Journal of the American Academy of Dermatology. Elsevier; 2012.
  • HealthLink BC, Government of British Columbia. Actinic Keratosis. 2015: http://www.healthlinkbc.ca/healthtopics/content.asp?hwid=tr5806spec.
  • International Agency for Research on Cancer (IARC) . Volume 90: Human Papillomaviruses . 2007 : http://monographs.iarc.fr/ENG/Monographs/vol90/mono90.pdf.
  • International Agency for Research on Cancer (IARC). Volume 75: Ionizing Radiation Part 1: X- and Gamma (y)-Radiation, and Neutrons. 2000: http://monographs.iarc.fr/ENG/Monographs/vol75/mono75.pdf.
  • International Agency for Research on Cancer (IARC). Volume 67: Human immunodeficiency viruses and human T-cell lymphotropic viruses. 1996: http://monographs.iarc.fr/ENG/Monographs/vol67/mono67.pdf.
  • International Agency for Research on Cancer (IARC). Volume 100C: Arsenic, metals, fibres and dusts: a review of human carcinogens. 2012: http://monographs.iarc.fr/ENG/Monographs/vol100C/mono100C.pdf.
  • International Agency for Research on Cancer (IARC). Volume 55: Solar and Ultraviolet Radiation. 1992: http://monographs.iarc.fr/ENG/Monographs/vol55/mono55.pdf.
  • Karagas MR, Weinstock MA, Nelson HH . Keratinocyte carcinomas (basal and squamous cell carcinomas of the skin). Schottenfeld D, Fraumeni JF Jr (eds.). Cancer Epidemiology and Prevention. 3rd ed. New York: Oxford University Press; 2006: 64:1230-1250.
  • Khalesi M, Whiteman DC, Tran B, Kimlin MG, Olsen CM, Neale RE . A meta-analysis of pigmentary characteristics, sun sensitivity, freckling and melanocytic nevi and risk of basal cell carcinoma of the skin. Cancer Epidemiology. 2013.
  • Kroumpouzos G, Konstadoulakis MM, Cabral H, Karakousis CP . Risk of basal cell and squamous cell carcinoma in persons with prior cutaneous melanoma. Dermatologic Surgery. 2000.
  • Lindelof B, Sigurgeirsson B, Gabel H, et al . Incidence of skin cancer in 5356 patients following organ transplantation. British Journal of Dermatology. 2000.
  • National Institutes of Health. Genetics Home Reference: Gorlin Syndrome. Bethesda, MD: US National Library of Medicine; 2008.
  • National Toxicology Program. 14th Report on Carcinogens. Department of Health and Human Services; 2016: http://ntp.niehs.nih.gov/pubhealth/roc/index-1.html.
  • Perez HC, Benavides X, Perez JS, et al . Basic aspects of the pathogenesis and prevention of non-melanoma skin cancer in solid organ transplant recipients: a review. International Journal of Dermatology. 2017.
  • Pouplard C, Brenaut E, Horreau C, et al . Risk of cancer in psoriasis: a systematic review and meta-analysis of epidemiological studies. Journal of the European Academy of Dermatology and Venereology. 2013.
  • Robinson SN, Zens MS, Perry AE, Spencer SK, Duell EJ, Karagas MR . Photosensitizing agents and the risk of non-melanoma skin cancer: a population-based case-control study. Journal of Investigative Dermatology. 2013: http://www.jidonline.org/article/S0022-202X(15)36351-X/fulltext.
  • van der Leest RJ, Flohil SC, Arends LR, de Vries E, Nijsten T . Risk of subsequent cutaneous malignancy in patients with prior melanoma: a systematic review and meta-analysis. Journal of the European Academy of Dermatology and Venereology. 2015.
  • Yang K, Kurian A, Barankin B . Actinic keratosis: a practical overview. Skin Therapy Letter. SkinCareGuide; 2013: http://www.skintherapyletter.com/fp/download/stl_fp_9_2_en.pdf.

Réduire le risque de cancer de la peau autre que le mélanome

La meilleure façon de réduire votre risque de cancer de la peau autre que le mélanome est de vous protéger des rayons UV. Apprenez comment.