Pronostic et survie pour le myélome multiple

Si vous êtes atteint d’un myélome multiple, vous vous posez peut-être des questions sur votre pronostic. Le pronostic est l’acte par lequel le médecin évalue le mieux comment le cancer affectera une personne et comment il répondra au traitement. Le pronostic et la survie dépendent de nombreux facteurs. Seul un médecin qui connaît bien vos antécédents médicaux, le type, le stade et les caractéristiques du cancer dont vous êtes atteint, les traitements choisis et la réaction au traitement peut examiner toutes ces données de concert avec les statistiques de survie pour en arriver à un pronostic.

Un facteur pronostique est un aspect du cancer ou une caractéristique de la personne que le médecin prend en considération lorsqu'il fait un pronostic. Un facteur prédictif influence la façon dont le cancer répond à un certain traitement. On aborde souvent les facteurs pronostiques et les facteurs prédictifs ensemble. Ils jouent tous les deux un rôle dans le choix du plan de traitement et dans l’établissement du pronostic.

Les éléments suivants sont les facteurs pronostiques et les facteurs prédictifs du myélome multiple.

Stade

Les personnes qui ont un myélome multiple de stade peu évolué présentent un pronostic habituellement meilleur.

Âge

Les personnes jeunes ont un meilleur pronostic que les personnes âgées.

Résultats des analyses sanguines

Les résultats de certaines analyses sanguines sont importants dans l’établissement du pronostic chez les personnes atteintes d’un myélome multiple.

Bêta 2-microglobuline

La bêta 2-microglobuline est une protéine observée à la surface des cellules myélomateuses, qui participe à la réaction immunitaire. Un taux élevé de bêta 2-microglobuline engendre un pronostic sombre. Le taux de cette protéine augmente si :

  • le nombre de cellules myélomateuses augmente;
  • les reins sont endommagés.

Albumine

L’albumine est la principale protéine dans le plasma qui aide à maintenir le volume sanguin. Un taux élevé d’albumine engendre un meilleur pronostic.

Lacticodéshydrogénase

On mesure le taux de lacticodéshydrogénase (LDH) pour comprendre l’étendue du cancer dans le corps (charge tumorale). Un taux élevé de LDH engendre un pronostic plus sombre.

Créatinine

La créatinine est un produit de dégradation fabriqué dans les muscles et évacué du sang par les reins. Mesurer le taux de créatinine dans le sang révèle la qualité de fonctionnement des reins. Les personnes atteintes d’un myélome multiple qui ont un taux de créatinine élevé présentent un pronostic plus sombre.

Changements chromosomiques

Les médecins examinent les cellules prélevées dans la moelle osseuse pour voir s’il y a des changements aux chromosomes. Certains changements chromosomiques sont liés à un pronostic plus sombre, dont les suivants :

  • Absence du chromosome 13 (délétion)
  • Absence d’une partie du chromosome 17 (délétion 17p)
  • Remaniement du chromosome 14 (translocation)
  • Copie supplémentaire d’une partie du chromosome 1 (gain ou amplification)

Stratification du risque fondée sur les changements chromosomiques

Les médecins peuvent prédire quelles personnes atteintes du myélome multiple sont les plus susceptibles de présenter le meilleur ou le pire pronostic en se fiant au nombre et au type de changements chromosomiques. On parle alors de stratification du risque. On indiquera aux personnes si elles présentent un risque bon (faible), moyen ou élevé.

  • Risque bon (faible) – il est probable que la personne survive pendant 8 à 10 ans
  • Risque moyen – il est probable que la personne survive pendant 5 ans
  • Risque élevé – il est probable que la personne survive pendant moins de 2 ans

Fonction rénale

Les personnes dont les reins ne fonctionnent pas bien présentent un pronostic sombre. Les médecins peuvent mesurer le taux de créatinine dans le sang pour vérifier la qualité de fonctionnement des reins.

La dialyse peut aider à améliorer la fonction rénale chez les personnes atteintes d’un myélome multiple.

Pourcentage de plasmocytes en phase S

Le pourcentage de plasmocytes en phase S permet de mesurer à quelle vitesse les cellules myélomateuses se développent dans un échantillon de cellules prélevées dans la moelle osseuse. Un pourcentage élevé de plasmocytes en phase S indique que les cellules myélomateuses se développeront rapidement et est lié à un pronostic sombre.

Indice fonctionnel

L'indice fonctionnel se situe sur une échelle de 0 à 4. Un nombre bas indique que la personne est en meilleure santé et est capable d’être plus active qu’une personne dont l’indice fonctionnel est élevé. L’indice fonctionnel est important dans le myélome multiple parce que les personnes qui ont un bon indice fonctionnel sont capables de supporter des traitements intensifs qui peuvent engendrer un meilleur pronostic, mais avoir plus d’effets secondaires.

Réaction au traitement

Les personnes dont le cancer réagit bien au traitement et qui parviennent à une rémission complète ont un meilleur pronostic que celles dont le cancer ne réagit pas au traitement initial.

Signatures génétiques

Le profil d'expression génétique est une façon pour les médecins d’analyser de nombreux gènes à la fois afin de savoir lesquels sont actifs et lesquels ne le sont pas. Les médecins ont trouvé plusieurs modèles génétiques anormaux (signature génétique) chez les personnes atteintes du myélome multiple. Ces signatures génétiques aident à établir un pronostic. Certaines signatures génétiques sont liées à un meilleur pronostic et à une meilleure réaction au traitement tandis que d’autres signatures sont associées à un pronostic plus sombre.

Révision par les experts et références

  • American Cancer Society. Multiple myeloma. Atlanta, GA: American Cancer Society; 2014: http://www.cancer.org/acs/groups/cid/documents/webcontent/003121-pdf.pdf.
  • American Society of Clinical Oncology. Multiple Myeloma. 2014: http://www.cancer.net/cancer-types/multiple-myeloma/view-all.
  • Dispenzieri A, Lacy MQ, Kumar S . Multiple myeloma. Greer JP, Arber DA, Glader B, List AF, Means RT Jr, Paraskevas F, Rodgers GM, Foerster J, (eds.). Wintrobe's Clinical Hematology. 13th ed. Lippincott Williams & Wilkins; 2014: 98: 2046-2097.
  • Mushi NC, Anderson KC . Plasma cell neoplasms. DeVita VT Jr, Lawrence TS, & Rosenberg SA. Cancer: Principles and Practice of Oncology. 10th ed. Philadelphia: Wolters Kluwer Health/Lippincott Williams & Wilkins; 2015: 112: 1682-1719.
  • National Cancer Institute. Plasma Cell Neoplasms (Including Multiple Myeloma) Treatment PDQ®: Health Professional Version. National Cancer Institute; 2014: http://www.cancer.gov/cancertopics/pdq/treatment/myeloma/healthprofessional.
  • Raje N, Hideshima T, Anderson KC . Plasma cell tuours. Hong WK, Bast RC Jr, Hait WN, et al (eds.). Holland Frei Cancer Medicine. 8th ed. People's Medical Publishing House; 2010: 117: 1668-1685.
  • San Miguel JF, Garcia-Sanz R, Gutierrez NC . Prognosis and staging of multiple myeloma. Wiernik PH, Goldman JM, Dutcher JP, Kyle RA (eds.). Neoplastic Diseases of the Blood. 5th ed. Springer; 2013: 32: 615-636.

Statistiques de survie pour le myélome multiple

Apprenez-en davantage sur les statistiques de survie au myélome multiple dont la survie nette, la survie selon le stade et les questions sur la survie.