Troubles sexuels – organes sexuels masculins

Le cancer et ses traitements peuvent affecter votre santé sexuelle. Vous pourriez avoir de la difficulté à parvenir à l'orgasme, des problèmes d'éjaculation, de la difficulté à avoir ou à maintenir une érection (dysfonctionnement érectile, ou DÉ) ou éprouver une baisse de libido.

De nombreux troubles sexuels liés au cancer peuvent être traités ou gérés. Mais vous devez d'abord être en mesure d'en parler. Vous n'êtes pas la seule personne qui trouve très difficile de parler de sexualité. Ne laissez pas la gêne vous empêcher de recevoir l'aide dont vous avez besoin. La santé sexuelle est aussi importante que d'autres domaines de la santé. Les médecins et les infirmières sont là pour aider et non pour juger. Et tout ce que vous leur dites est confidentiel. Ça vaut la peine d'essayer de trouver avec quel membre de votre équipe de soins vous pouvez parler de sexualité, sinon demandez à rencontrer un autre professionnel de la santé. Essayez de considérer les troubles sexuels comme tout autre effet secondaire − vous devez être ouvert et franc avec votre équipe de soins si vous voulez recevoir le meilleur traitement possible.

Renseignez-vous sur les organes sexuels et l'appareil reproducteur masculins.

Types de troubles sexuels

Avant d'expliquer les types de troubles sexuels qui peuvent apparaître après un traitement du cancer, il est important de comprendre que l'orgasme diffère de l'éjaculation. L'orgasme est le plaisir intense ressenti lors d'une activité sexuelle. L'éjaculation est l'évacuation d'un liquide par le pénis lors d'un orgasme. Vous pouvez avoir un orgasme sans éjaculation. Vous pouvez aussi avoir un orgasme sans érection. Les nerfs qui vous aident à éprouver du plaisir diffèrent des nerfs qui provoquent l'érection.  

Voici des troubles sexuels qui peuvent apparaître après le traitement d'un cancer.

Problèmes d’éjaculation

Le cancer ou ses traitements peuvent causer des problèmes d’éjaculation, dont ceux qui suivent :

  • éjaculation douloureuse;
  • éjaculation rétrograde, c'est-à-dire que le sperme remonte dans la vessie au lieu de sortir par le pénis;
  • orgasme sec (aussi appelé éjaculation sèche), soit lorsqu'il y a un orgasme sans éjaculation de sperme;
  • climacturie, c'est-à-dire qu'une petite quantité d'urine s'échappe lors d'un orgasme.

Dysfonctionnement érectile (DÉ)

Pour que le pénis pénètre dans un vagin ou un anus, il doit être en érection, c’est-à-dire rigide. Le dysfonctionnement érectile (DÉ) est l'incapacité d'avoir une érection et de la maintenir assez ferme pour la pénétration. Un cancer ou ses traitements qui endommagent des nerfs ou des vaisseaux sanguins du bassin peuvent causer le DÉ. Le DÉ risque aussi de se manifester si le cancer ou ses traitements modifient les taux d’hormones dans le corps. Le DÉ peut être temporaire ou permanent. Souvent, plus on est jeune, plus il est probable qu'on retrouve notre fonction érectile. Le taux de rétablissement est beaucoup plus élevé chez les personnes de moins de 60 ans, et particulièrement chez celles de moins de 50 ans. Il est possible d'avoir un orgasme et d'être fertile même si on est atteint de DÉ.

Baisse de la libido

Les effets secondaires du traitement peuvent modifier comment vous vous sentez et ainsi affecter votre désir sexuel. Des facteurs émotionnels et certains changements de la perception que vous avez de votre corps (image corporelle) peuvent atténuer votre libido. Il y a des traitements et des médicaments qui sont susceptibles de réduire la production de testostérone, ce qui risque de faire baisser votre libido.

Causes

Les traitements d'un cancer des organes sexuels ou d'organes voisins, comme le cancer du pénis, du testicule, de la prostate, de la vessie, du côlon ou du rectum, peuvent causer des troubles sexuels.

Chirurgie

Les chirurgies suivantes peuvent causer des troubles sexuels.

La prostatectomie radicale est une chirurgie du cancer de la prostate. On enlève alors la prostate et certains tissus tout autour, dont les vésicules séminales. Cela risque d'endommager les nerfs nécessaires à l'érection et ainsi causer un DÉ. Si on détecte le cancer à ses débuts, le chirurgien pourrait alors être en mesure de faire une chirurgie de préservation des nerfs. Enlever la prostate provoque aussi des orgasmes secs puisque cet organe produit la partie liquide du sperme. Cette chirurgie peut également raccourcir le pénis (rétrécissement pénien).

La prostatectomie radicale risque de changer vos expériences sexuelles et de réduire votre libido. Il est possible que la chirurgie insensibilise la prostate au toucher et à la pression.

La prostatectomie radicale peut causer l'incontinence. Ne pas avoir la capacité de maîtriser vos urines ou vos selles est susceptible d'affecter votre image corporelle et de réduire votre libido.

La cystectomie radicale est une chirurgie du cancer de la vessie. On enlève alors la vessie ainsi que la prostate, la partie supérieure de l'urètre et les vésicules séminales. Vous subirez une urostomie, qui permettra à l'urine d'être évacuée du corps. La cystectomie radicale provoque le DÉ ainsi que les orgasmes secs.

La résection abdominopérinéale est une chirurgie pratiquée pour traiter le cancer du côlon. Elle peut endommager les nerfs du bassin et provoquer le DÉ ainsi que les orgasmes secs.

L'exentération pelvienne est une chirurgie pratiquée pour un cancer avancé à l'intérieur du bassin. Elle consiste à enlever la vessie, la prostate, les vésicules séminales et le rectum. L'exentération pelvienne endommage les nerfs du bassin et provoque le DÉ ainsi que les orgasmes secs. Se rétablir d'une exentération pelvienne prend beaucoup de temps.

L’orchidectomie est une chirurgie lors de laquelle on enlève les testicules. Être embarrassé par la perte d'un testicule peut affecter votre perception de la sexualité ou modifier vos expériences sexuelles. Il est possible de mettre une prothèse testiculaire dans le scrotum.

Lors d’une résection transurétrale de la prostate (RTUP), on enlève une partie de la prostate en passant par l’urètre. La RTUP peut causer l’éjaculation rétrograde puisqu’on élargit le sphincter de la vessie lors de cette chirurgie.

Le curage ganglionnaire rétropéritonéal consiste à enlever les ganglions lymphatiques du bassin. On y a recours pour traiter le cancer du testicule et il cause souvent les orgasmes secs.

La pénectomie est une chirurgie pratiquée pour enlever le pénis en partie ou en totalité. On peut y avoir recours pour traiter le cancer du pénis. Vous pouvez avoir une érection même si on vous enlève une partie du pénis. Si on enlève tout le pénis, vous ne pourrez pas avoir d'érection, mais l'orgasme pourrait tout de même survenir. Chaque personne éprouve du plaisir de différentes façons, et le toucher de zones sensibles, comme le scrotum, peut être très agréable. Il est parfois possible de reconstruire le pénis après une pénectomie totale à l’aide de greffes et de lambeaux de peau, bien que cette chirurgie soit très rare.

Radiothérapie

Une radiothérapie de la partie inférieure du bassin peut rendre l’éjaculation douloureuse. Une radiothérapie au bassin peut endommager les artères qui amènent le sang au pénis ou affecter les nerfs nécessaires à l'érection.

Une radiothérapie administrée pour un cancer de la prostate peut aussi provoquer l'incontinence, ce qui risque de nuire à la sexualité et à la libido. Être embarrassé par l'incontinence peut affecter votre perception de la sexualité ou modifier vos expériences sexuelles.

Une radiothérapie de la partie inférieure du bassin qui comprend le rectum (comme pour un cancer de la prostate ou de la vessie) peut causer des troubles intestinaux. Être embarrassé par des troubles intestinaux peut affecter votre perception de la sexualité ou modifier vos expériences sexuelles.

Chimiothérapie, hormonothérapie et autres traitements médicamenteux

La chimiothérapie, l'hormonothérapie (traitement par privation androgénique) et d'autres traitements médicamenteux, comme ceux contre la douleur, la dépression ou l'hypertension, peuvent réduire le taux de testostérone. Cela risque d'atténuer le désir sexuel et la capacité d'avoir une érection. L'hormonothérapie peut aussi causer la dépression, ce qui est susceptible de nuire à votre libido. Les effets secondaires des traitements du cancer, comme la fatigue et la douleur, peuvent également affecter votre libido.

Facteurs émotionnels

Des facteurs émotionnels, tels que ceux-ci, peuvent aussi nuire à votre santé sexuelle et atténuer votre désir sexuel :

  • anxiété, dépression et stress;
  • changements de l'image corporelle, de la confiance en soi et de l'estime de soi;
  • peur de la douleur;
  • inquiétude face à la performance sexuelle;
  • tristesse et embarras en raison des changements physiques.

Avoir des relations sexuelles pendant et après le traitement

La possibilité d'avoir des relations sexuelles en toute sécurité pendant le traitement dépend de votre plan thérapeutique. Demandez à votre médecin si vous devez éviter d'avoir des relations sexuelles à certains moments et ce que vous devez faire pour vous protéger, tout comme votre partenaire, lorsque vous en avez. Si, par exemple, vous avez subi une chirurgie dans la région pelvienne, vous pourriez devoir attendre que votre corps s'en soit remis complètement avant d'avoir des relations sexuelles.

Il est possible que votre équipe de soins recommande l'emploi d'un condom pendant les quelques jours qui suivent la chimiothérapie afin d'éviter d'exposer votre partenaire aux agents chimiothérapeutiques qui peuvent entrer dans le sperme.

L'équipe de soins pourrait recommander l'emploi de condoms pendant certains types de curiethérapie à faible dose administrée pour un cancer de la prostate afin d'éviter d'exposer votre partenaire à la radiation qui reste dans votre corps.

Certains traitements du cancer risquent de causer des anomalies congénitales à un fœtus qui se développe, alors vous devriez utiliser une méthode contraceptive pour éviter une grossesse au cours du traitement. Demandez à votre équipe de soins quelle méthode contraceptive vous convient le mieux et pendant combien de temps vous devez l'utiliser.

Diagnostic

Il est possible que votre médecin vous fasse un examen physique afin d'aider à trouver la cause de vos troubles sexuels. Votre médecin vous posera également des questions sur vos antécédents sexuels, le type de relations sexuelles que vous avez et la façon dont elles s'intègrent dans votre vie, la présence d'un ou d'une partenaire ainsi que sur votre vie quotidienne et vos émotions.

Gestion des troubles sexuels

Une fois que le type de trouble sexuel et sa cause sont connus, votre équipe de soins peut vous proposer des façons de le traiter. Parler ouvertement et franchement avec votre partenaire sexuel sera important, comme première étape et par la suite, alors que vous continuerez de chercher des façons d'éprouver du plaisir sexuel ensemble. Se renseigner et rencontrer un thérapeute peuvent aider. Certains psychologues et travailleurs sociaux se spécialisent en thérapie sexuelle. Votre équipe de soins peut aussi vous suggérer des exercices et des techniques de relaxation pour réduire votre anxiété.

Les mesures suivantes peuvent vous aider à gérer vos troubles sexuels.

Orgasmes douloureux

Un physiothérapeute ou un autre professionnel de la santé pourraient être en mesure de vous aider à soulager la douleur lors des orgasmes. Ils peuvent vous apprendre des exercices qui étirent les muscles du plancher pelvien et qui rétablissent leur tonus. Le physiothérapeute peut aussi vous proposer le massage interne du tissu cicatriciel et des muscles du plancher pelvien pour soulager la douleur.

Orgasme sec et orgasme rétrograde

L'orgasme sec et l'orgasme rétrograde sont différents, mais il n'y a pas d'expulsion de sperme dans les deux cas. Certaines personnes disent que l'orgasme sec diffère de l'orgasme normal, mais pour beaucoup, c'est aussi agréable. Il est possible que vous vous demandiez si votre partenaire verra la différence sexuellement parlant. Mais la plupart du temps, les partenaires ne ressentent pas l'expulsion de liquide lors des relations sexuelles. L'orgasme sec et l'orgasme rétrograde peuvent également causer des troubles de la fertilité.

Climacturie

La climacturie est courante après une chirurgie de la prostate, mais vous ou votre partenaire, vous pourriez ne pas le remarquer, et cela s'atténuera possiblement avec le temps. Si la climacturie vous préoccupe, vous pourriez avoir des relations sexuelles dans la douche ou employer un condom ou bien un anneau de constriction. L'anneau de constriction est fixé à la base du pénis en érection afin d'exercer une pression sur l'urètre, ce qui empêche les fuites d'urine.

Dysfonctionnement érectile

On peut traiter le dysfonctionnement érectile (DÉ) à l'aide de médicaments, de dispositifs et de prothèses. Même si votre érection n'est pas complète, vous pouvez malgré tout avoir des orgasmes et une vie sexuelle. Rétablir la capacité d'avoir des érections signifie souvent qu'il faut tester différentes méthodes. Selon certaines études, il est important de commencer à essayer d'avoir une érection seulement quelques semaines ou quelques mois après la chirurgie. C'est ainsi que vous serez en mesure de voir vos progrès. Cela aide aussi à maintenir la santé des tissus du pénis et à faire circuler le sang autour des nerfs afin de contribuer à leur guérison. Pendant le rétablissement des érections, de nombreux professionnels de la santé recommandent la masturbation, ou autostimulation, de 2 à 3 fois par semaine. Cela ne signifie pas que vous devez avoir une relation sexuelle à chaque fois. L'objectif est de maintenir les tissus en santé.

Vous pouvez avoir recours aux méthodes suivantes pour aider à parvenir à l'érection.

Des médicaments et des crèmes aident à avoir une érection et à la maintenir. Ils ne sont habituellement utiles qu'à un petit nombre de personnes. Ils sont les plus efficaces une fois que vous êtes en mesure d'avoir une érection partielle par vous-même. Il n'y aura pas d'érection si vous ne faites qu'employer les médicaments ou les crèmes. Votre pénis doit être stimulé physiquement. Ces types de médicaments et de crèmes n'ont aucun effet sur le désir ou l'intérêt sexuel.

Vous aurez besoin d’une ordonnance du médecin pour vous procurer la plupart des médicaments disponibles pour traiter le DÉ. Chaque médicament engendre des effets secondaires et devrait être pris tel que prescrit. Il y a des médicaments qui traitent le DÉ en faisant circuler plus de sang dans le pénis. Les médicaments pris par la bouche sont entre autres le sildénafil (Viagra), le tadalafil (Cialis) et le vardénafil (Levitra). L'alprostadil est une crème qu'on applique sur le bout du pénis.

Les injections et les pellets peuvent aider à parvenir à l'érection et à la maintenir si les médicaments ou les crèmes ne sont pas efficaces. Les injections d'alprostadil (Caverject) peuvent être faites dans le corps du pénis. L'alprostadil est aussi disponible en pellets qu'on insère dans l'urètre à l'aide d'un dispositif spécial. C'est le "medicated urethral system for erection" (MUSE), qui est un genre de piston.

La pompe à vide est une autre option. La pompe à vide est aussi appelée dispositif de constriction à vide. Cette pompe peut accroître la circulation sanguine en dirigeant le sang vers le pénis. On met le pénis dans un cylindre creux et on pompe l'air à l'extérieur du tube. Lorsque le pénis est en érection, il faut poser une bande ou un anneau élastique autour de la base du pénis pour conserver le sang dans l'organe et maintenir l'érection.

L'implant pourrait être utile si les autres options de traitement ne sont pas efficaces. L'implant pénien est un dispositif qu'on installe dans le pénis lors d'une chirurgie pour l'aider à se raidir. Le type le plus souvent employé est l'implant gonflable. Il est constitué de 2 cylindres creux, d'une pompe et d'un petit sac de solution saline. Le chirurgien met les cylindres creux dans le corps du pénis. La pompe est insérée dans le scrotum et le petit sac de solution saline dans la partie inférieure de l'abdomen. Presser la pompe fait circuler la solution saline du sac jusqu'aux cylindres à l'intérieur du pénis, ce qui le fait durcir. Vous pouvez évacuer le liquide des cylindres après la relation sexuelle et votre pénis redeviendra mou. Il existe un autre type d'implant pénien, soit l'implant semi-rigide. Le chirurgien met 2 tiges flexibles dans le corps du pénis. Le pénis est en érection en tout temps, mais des charnières dans l'implant permettent de positionner le pénis. Vous pouvez le relever pour avoir une relation sexuelle et le baisser pour uriner.

Il est aussi possible d'utiliser un godemiché ou un vibrateur. Il y a des godemichés qui sont constitués d'un harnais qu'on fixe autour de sa taille. Cela permet d'effectuer les mouvements de hanche qui imitent la relation sexuelle.

Baisse de la libido

Il est possible que la sexualité n'ait pas été une priorité pour vous et votre partenaire lors du traitement. Quand vous sentirez que vous êtes prêt à avoir des relations sexuelles, pensez à ce qui était romantique pour vous avant le traitement et essayez la même chose. Peut-être que c'était la musique, un repas en tête à tête ou une sortie. Détendez-vous et prenez votre temps. Dites comment vous vous sentez et appréciez simplement d'être ensemble.

D'autres effets du cancer, comme les changements corporels, la douleur, la fatigue, la dépression ou les troubles du sommeil, peuvent réduire votre libido. Certaines personnes s'inquiètent de ne plus être attirantes pour les autres. Essayez de vous concentrer sur les choses que vous croyez être les plus attirantes chez vous. Être partiellement habillé plutôt que nu lors des relations sexuelles peut vous mettre plus à l'aise. Vous pourriez vous apprécier davantage si vous êtes actif physiquement, si vous maintenez un poids santé et vous mangez bien et cela peut aussi aider à atténuer la fatigue et d'autres effets secondaires.

Dites à votre partenaire comment vous vous sentez, ce qui vous fait du bien et ce qui ne vous plaît pas et aussi si vous êtes fatigué ou mal à l'aise. Même si vous ne pouvez pas avoir de relations sexuelles, il est possible d'apprécier certaines choses comme se tenir les mains, s'embrasser, se cajoler et d'autres façons de se sentir près de son ou de sa partenaire.

Une chirurgie du cancer peut rendre certaines positions douloureuses. Essayez différentes positions pour trouver ce qui vous convient à tous les deux.

Discutez avec votre équipe de soins des façons de faire face aux changements de votre image corporelle et de votre santé sexuelle. On pourrait être en mesure de vous proposer des façons de gérer les effets secondaires qui affectent également votre libido, tels que la fatigue, la perte de poils et de cheveux, la douleur, la difficulté à dormir ou la dépression. Vous pourriez trouver utile d'en parler avec d'autres dans un groupe de soutien ou un forum de discussion en ligne.

Pour plus d'informations

Notre brochure Sexualité, intimité et cancer contient plus de renseignements pour vous aider ainsi que vos partenaires sexuels à comprendre comment le cancer et ses traitements peuvent affecter les relations sexuelles et la sexualité et comment y faire face.

Révision par les experts et références

  • American Cancer Society. Sexuality for the Man with Cancer. Atlanta, GA: American Cancer Society; 2011.
  • Sexual problems. American Society of Clinical Oncology (ASCO). Cancer.Net. Alexandria, VA.: American Society of Clinical Oncology (ASCO); 2012.
  • Haas ML . Radiation therapy: toxicities and management. Yarbro, CH, Wujcki D, & Holmes Gobel B. (eds.). Cancer Nursing: Principles and Practice. 7th ed. Sudbury, MA: Jones and Bartlett; 2011: 14: 312-351.
  • Landier W, Smith S . Late effects of cancer treatment. Yarbro, CH, Wujcki D, & Holmes Gobel B. (eds.). Cancer Nursing: Principles and Practice. 7th ed. Sudbury, MA: Jones and Bartlett; 2011: 71: pp. 1756-1779.