Lésions des nerfs périphériques (neuropathie périphérique)

Dernière révision médicale :

Le système nerveux est constitué du système nerveux central et du système nerveux périphérique. L’encéphale et la moelle épinière forment le système nerveux central. Le système nerveux périphérique comprend tous les nerfs situés hors de l’encéphale et de la moelle épinière. Trois types de nerfs font partie du système nerveux périphérique.

Les nerfs sensitifs contrôlent la capacité de ressentir les choses, comme la douleur et la température.

Les nerfs moteurs contrôlent les mouvements, comme la marche et le levage de poids et d’haltères.

Les nerfs autonomes contrôlent les choses dont nous ne sommes pas conscients, comme la respiration et les battements du cœur.

Il arrive que le cancer ou son traitement endommage le système nerveux. Les dommages causés aux nerfs du système nerveux périphérique sont appelés neuropathie périphérique.

Causes

Les lésions aux nerfs périphériques peuvent être causées par ce qui suit :

  • certains agents chimiothérapeutiques comme le cisplatine, le docétaxel, le paclitaxel (Abraxane) et la vincristine;
  • certains types de médicaments ciblés comme le bortézomib (Velcade) et la thalidomide;
  • une tumeur qui se développe dans un nerf périphérique ou qui exerce une pression sur lui;
  • une radiothérapie;
  • une chirurgie;
  • la malnutrition;
  • un syndrome paranéoplasique;
  • le zona;
  • certaines affections neurologiques héréditaires, comme le syndrome de Charcot-Marie-Tooth.

Votre risque d’être atteint de neuropathie périphérique pourrait être plus élevé si vous avez :

  • le diabète;
  • des troubles rénaux;
  • une hypothyroïdie, c'est-à-dire que votre glande thyroïde ne fabrique pas assez d'hormones thyroïdiennes;
  • des troubles qui pourraient ralentir la circulation du sang dans vos vaisseaux sanguins;
  • certains troubles auto-immuns comme la polyarthrite rhumatoïde ou le lupus érythémateux disséminé (LED);
  • certaines infections comme le zona, le VIH ou la maladie de Lyme (infection bactérienne transmise par les tiques);
  • des antécédents de blessure physique grave, causée par un accident de voiture ou une activité sportive par exemple;
  • des antécédents d'exposition à des pesticides ou à des métaux lourds, comme le plomb ou le mercure;
  • des antécédents de grande consommation d’alcool.

Symptômes

Les symptômes de la neuropathie périphérique dépendent des nerfs atteints et de la gravité de la lésion. Il est possible que de nombreux nerfs soient atteints en même temps, ce qu'on appelle polyneuropathie.

Les symptômes des lésions des nerfs sensitifs sont habituellement des changements sensoriels. Les symptômes comprennent ceux-ci :

  • douleur;

  • engourdissement, picotements, démangeaisons ou sensation de brûlure dans les mains et les pieds;

  • perte de sensations dans certaines parties du corps;
  • impression que vos membres sont couverts, comme de gants ou de bas, alors que ce n'est pas le cas;
  • douleur ou inconfort quand votre corps touche quelque chose, comme lorsque vous êtes abrié d’une couverture ou que vous portez des chaussures;
  • maladresse ou difficulté à savoir où se trouvent vos mains et vos pieds dans l’espace, en particulier quand vous marchez ou ramassez des objets.

Les symptômes des lésions des nerfs moteurs sont habituellement des difficultés de mouvement. Les symptômes comprennent ceux-ci :

  • crampes;

  • faiblesse musculaire qui fait en sorte qu'il est difficile de vous brosser les dents, de monter les escaliers, d'attacher vos boutons ou de marcher;
  • secousses musculaires incontrôlées;
  • perte musculaire et osseuse (atrophie).

Les symptômes des lésions des nerfs autonomes sont habituellement des changements des fonctions corporelles. Les symptômes comprennent ceux-ci :

Les lésions aux nerfs périphériques peuvent être temporaires, mais il est possible qu’elles prennent quelques mois ou même des années avant de disparaître. Il arrive qu’elles soient permanentes. Dans certains cas, les symptômes s'aggravent après le traitement (effet de « coasting »).

Avisez votre équipe de soins si vos symptômes s’aggravent ou ne disparaissent pas. Plus tôt vous signalez un problème, plus rapidement on pourra vous dire comment aider à le traiter.

Diagnostic

Votre équipe de soins tentera de trouver la cause de la neuropathie périphérique. Si vous recevez un médicament ou un traitement reconnu pour causer la neuropathie périphérique, votre équipe surveillera l’apparition de signes de lésions aux nerfs avant chaque séance de traitement.

Afin de connaître la qualité de fonctionnement de vos nerfs, vous pourriez devoir passer certains examens comme ceux-ci :

  • examen neurologique pour vérifier vos réflexes, votre force musculaire et des signes d’engourdissement;
  • tests de conduction nerveuse pour vérifier l’emplacement et la gravité de la lésion;
  • électromyographie (EMG), un examen pour vérifier les signaux électriques envoyés par les nerfs aux muscles;
  • examens d'imagerie, par tomodensitométrie (TDM) ou IRM par exemple.

Votre équipe de soins pourrait aussi effectuer des analyses biochimiques sanguines afin de savoir s'il y a des signes d'infection et d'évaluer votre fonction rénale, vos taux de vitamines et le nombre de certaines cellules.

On pourrait également vous faire passer d'autres examens afin de vérifier :

  • votre équilibre et votre coordination;
  • votre audition;
  • votre vision.

Dans certains cas, il faut faire une biopsie des nerfs afin d'aider à identifier le type de neuropathie périphérique.

Apprenez-en davantage sur la biopsie, la tomodensitométrie (TDM), l'imagerie par résonance magnétique (IRM) et les analyses biochimiques sanguines.

Traitement de la neuropathie périphérique

Votre équipe de soins peut vous proposer des façons de traiter la neuropathie périphérique en fonction de la cause de la lésion et des symptômes que vous éprouvez. Si c'est possible, on réduira la dose d’un médicament qui provoque la neuropathie périphérique ou on en cessera l’administration afin de prévenir des dommages permanents. Chez la plupart des gens, les symptômes finissent par s’atténuer avec le temps, mais il arrive que les dommages soient permanents.

Si la neuropathie périphérique vous cause de la douleur, vous pourriez recevoir des médicaments comme la gabapentine, l’amitriptyline, la lamotrigine (Lamictal), la nortriptyline (Aventyl), la prégabaline (Lyrica), ou bien d'autres antidouleurs pour aider à la gérer. Si la douleur associée à la neuropathie périphérique est causée spécifiquement par une chimiothérapie, on pourrait aussi vous administrer de la duloxétine (Cymbalta).

Quand la douleur est extrême et que d'autres médicaments ne se sont pas révélés efficaces, vous pourriez recevoir des opioïdes pour aider à la gérer.

Votre équipe de soins pourrait aussi vous proposer d'autres façons de traiter la neuropathie périphérique comme celles-ci :

  • neurostimulation transcutanée (NSTC);
  • thérapie par brouilleur – type de stimulation électrique qui empêche les nerfs d'envoyer des signaux de la douleur en les submergeant d'autres signaux;
  • exercice pratiqué sur une base régulière;
  • physiothérapie ou ergothérapie pour vous aider à garder vos muscles forts et à améliorer votre coordination et votre équilibre;
  • crèmes ou timbres anesthésiants, comme une crème à base de lidocaïne;
  • stéroïdes;
  • médicaments immunosuppresseurs – ils atténuent l'activité du système immunitaire;
  • consommation d’une grande quantité de liquides et alimentation équilibrée riche en fibres, en vitamine B et en antioxydants;
  • médicaments pour aider à soulager la constipation.

Votre équipe de soins pourrait aussi vous recommander le recours à des thérapies complémentaires, comme la prise de cannabinoïdes, l'acupuncture ou la digitopuncture, la massothérapie, la réflexologie, la pleine conscience et la relaxation, dans le but d'accroître l'efficacité d'autres traitements.

Conseils pour traiter la neuropathie périphérique au quotidien

Si vous êtes atteint de neuropathie périphérique, il vous faudra peut-être apporter quelques changements afin d'être bien et en sécurité.

  • Soyez prudent avec les objets tranchants, chauds, froids ou dangereux d'une autre façon si vos doigts sont engourdis.
  • Utilisez de la vaisselle incassable.
  • Déplacez-vous lentement et servez-vous des rampes quand vous montez ou descendez les escaliers si votre force musculaire ou votre équilibre est affecté.
  • Assurez-vous que toutes les pièces, les escaliers et corridors soient bien éclairés.
  • Levez-vous lentement afin que votre corps ait le temps de s’habituer au changement de position.
  • Enlevez les objets qui pourraient vous faire trébucher ou tomber, comme les tapis et ce qui s'accumule au sol.
  • Servez-vous de barres d’appui et d'un tapis de bain antidérapant pour la douche et la baignoire.
  • Nettoyez immédiatement ce que vous avez renversé afin de ne pas glisser.
  • Assurez-vous de sentir le volant ainsi que les pédales d’accélérateur et de frein si vous conduisez. Et aussi que vous pouvez déplacer rapidement votre pied à répétition entre ces pédales.
  • Employez une canne ou une marchette pour vous aider à garder votre équilibre quand vous marchez.
  • Portez des gants et des bas lorsqu’il fait froid.
  • Ne marchez pas pieds nus. Portez des chaussures et des bas bien ajustés afin d'éviter de trébucher. Les orthèses plantaires (appareils insérés dans les chaussures pour soutenir les pieds) peuvent rendre la marche moins difficile.
  • Pensez à porter une attelle pour main ou pour pied afin de compenser la faiblesse musculaire.
  • Assurez-vous que l’eau n’est pas trop chaude. Vous pouvez en évaluer la température avec votre coude ou un thermomètre de bain. Baissez la température de l’eau avec le robinet ou installez un régulateur de température à votre robinetterie pour maintenir l’eau plus fraîche.
  • Portez des gants quand vous travaillez avec vos mains, comme lorsque vous jardinez ou lavez la vaisselle.

La neuropathie peut aussi accroître votre risque d’attraper des infections et de voir vos plaies mal se cicatriser. Vérifiez régulièrement la présence de coupures ou d'autres plaies sur vos pieds. Prenez soin de toutes les plaies qui apparaissent afin de faciliter leur guérison. Si une plaie se détériore ou ne se cicatrise pas normalement, mentionnez-le à votre équipe de soins sans attendre au prochain rendez-vous prévu.

Conseils pour vous aider à faire face à vos émotions

Chez certaines personnes, composer avec la neuropathie périphérique engendrera de la colère, de la tristesse et de la frustration. Chacun a sa manière de faire face aux émotions intenses. Le temps et la patience sont alors nécessaires, mais ces émotions devraient s’atténuer si vous trouvez un traitement efficace et au fur et à mesure que vous vous adaptez à ces changements.

Exprimer vos émotions à un proche peut vous être utile. Vous pouvez aussi demander à votre équipe de soins quel type de counseling ou de groupes de soutien sont offerts. Passer du temps avec vos animaux de compagnie et les personnes qui vous font rire ou bien faire quelque chose qui contribue à votre bien-être peut aussi aider à améliorer votre humeur.

Vous pourriez vous sentir différent chaque jour. Ne perdez pas de vue que vous faites face à la situation, peu importe comment vous vous sentez.

Révision par les experts et références

  • Barbara Shay, PhD, PT
  • Dwight Moulin, MD, FRCPC
  • American Society of Clinical Oncology (ASCO). Cancer.net: Nerve Problems or Neuropathy. 2018: https://www.cancer.net/.
  • American Cancer Society. Managing Peripheral Neuropathy. 2021: https://www.cancer.org/.
  • Brant JM, Stringer LH. Cancer Pain. Yarbro CH, Wujcik D, Gobel B (eds.). Cancer Nursing: Principles and Practice. 8th ed. Burlington, MA: Jone & Bartlett Learning; 2018: 25: 781 – 816.
  • Carulli A, King M, Estafan B. Neurological Complications of Chemotherapy. Velcheti V, Punekar SR. Handbook of Cancer Treatment-Related Symptoms and Toxicities. 1st ed. Philadelphia: Elsevier; 2022: 7: 51–60.
  • Castelli G, Desai KM, Cantone RE. Peripheral neuropathy: evaluation and differential diagnosis. American Family Physician . 2020: 102(12): 732–739.
  • The Foundation for Peripheral Neuropathy. Vitamin and Nutrition Deficiency. https://www.foundationforpn.org/. Thursday, April 20, 2023.
  • Gibson W, Wand BM, O'Connell NE. Transcutaneous electrical nerve stimulation (TENS) for neuropathic pain in adults. Cochrane Database of Systematic Reviews. 2017: 9(9): CD011976.
  • Johns Hopkins Medicine. Peripheral Neuropathy. Baltimore, MD: https://www.hopkinsmedicine.org/. Thursday, April 20, 2023.
  • Lorpinzi CL, Lacchetti C, Bleeker J, et al.. Prevention and management of chemotherapy-induced peripheral neuropathy in survivors of adult cancers: ASCO guideline update. Journal of Clinical Oncology. 2020: 38(28): 3325 – 3348.
  • Macmillan Cancer Support . Peripheral Neuropathy . 2020: https://www.macmillan.org.uk/.
  • NHS Website Content. Peripheral Neuropathy. 2022: https://www.nhs.uk/.
  • National Institute of Neurological Disorders and Stroke. Peripheral Neuropathy. National Institutes of Health; 2023: https://www.ninds.nih.gov/.
  • Staff NP, Grisold A, Grisold W, Windebank AJ. Chemotherapy-induced peripheral neuropathy: A current review. Annals of Neurology. 2017: 81(6): 772–781.
  • Wilkes GM. Chemotherapy: principles of administration. Yarbro CH, Wujcik D, Gobel B (eds.). Cancer Nursing: Principles and Practice. 8th ed. Burlington, MA: Jone & Bartlett Learning; 2018: 15: 417 – 496.