Traitement ciblé pour le cancer de la thyroïde

Dernière révision médicale :

Le traitement ciblé a recours à des médicaments pour cibler des molécules spécifiques, comme des protéines, présentes à la surface ou à l’intérieur des cellules cancéreuses. Ces molécules contribuent à l’envoi de signaux qui indiquent aux cellules de croître ou de se diviser. En ciblant ces molécules, les médicaments interrompent la croissance et la propagation des cellules cancéreuses tout en limitant les dommages aux cellules normales. Le traitement ciblé peut aussi être appelé traitement à ciblage moléculaire.

On administre parfois un traitement ciblé pour traiter le cancer de la thyroïde. Si vous recevez un traitement ciblé, votre équipe de soins se basera sur ce qu'elle sait relativement au cancer et à votre état de santé pour décider des médicaments, des doses et du calendrier d'administration.

Vous pouvez recevoir un traitement ciblé pour :

  • traiter certains types de cancer de la thyroïde localement avancé ou métastatique;
  • traiter un cancer de la thyroïde qui ne répond pas à d'autres traitements ou qui réapparaît (récidive) après avoir été traité;
  • soulager la douleur ou contrôler les symptômes d’un cancer de la thyroïde avancé (traitement palliatif).

Types de traitement ciblé pour le cancer de la thyroïde

On peut avoir recours aux types suivants de traitement ciblé pour traiter le cancer de la thyroïde.

Inhibiteurs multikinases

Les kinases sont des protéines qu'on trouve à la surface des cellules et qui envoient des signaux pour aider les cellules à croître et à former de nouveaux vaisseaux sanguins. Les inhibiteurs multikinases bloquent l’action de différentes tyrosines kinases, ce qui aide à ralentir ou à interrompre la croissance et la propagation des cellules cancéreuses. On administre souvent les inhibiteurs multikinases par la bouche (voie orale) sous forme de pilule. On le fait habituellement jusqu’à ce que la maladie évolue ou que les effets secondaires surpassent les bienfaits du traitement.

Le sorafenib (Nexavar) et le lenvatinib (Lenvima) peuvent servir à traiter le cancer papillaire ou le cancer folliculaire (dont le cancer à cellules de Hürthle) de la thyroïde.

Le vandétanib (Caprelsa) et le cabozantinib (Cabometyx) peuvent servir à traiter le cancer médullaire de la thyroïde.

Inhibiteurs du RET

Certains cancers de la thyroïde, comme les types papillaire et folliculaire, présentent des changements dans le gène RET. Ces changements engendrent une surproduction de la protéine kinase RET par les cellules cancéreuses, ce qui les aide à croître. Les inhibiteurs du RET attaquent la protéine RET. On les prend souvent par la bouche.

Les inhibiteurs du RET administrés pour traiter le cancer de la thyroïde comprennent ceux-ci :

  • selpercatinib (Retevmo) pour les cancers médullaires, anaplasiques ou papillaires avancés ou bien les cancers folliculaires de la thyroïde qui présentent des mutations du gène RET;
  • pralsetinib (Gavreto) pour les cancers médullaires de la thyroïde.

Inhibiteurs du NTRK

Certains cancers de la thyroïde présentent des mutations dans les gènes NTRK qui aident les cellules cancéreuses à croître. Les inhibiteurs du NTRK ciblent et désactivent les protéines anormales qui sont fabriquées par les gènes NTRK. On les prend par la bouche.

Les inhibiteurs du NTRK administrés pour traiter le cancer anaplasique, papillaire ou folliculaire de la thyroïde comprennent ceux-ci :

  • larotrectinib (Vitrakvi);
  • entrectinib (Rozlytrek).

Inhibiteurs du BRAF et du MEK

Certains cancers anaplasiques de la thyroïde présentent des changements dans le gène BRAF. Le gène MEK collabore avec le gène BRAF afin que les médicaments qui bloquent le MEK puissent aussi aider à traiter les cancers dont le gène BRAF a été modifié.

Les inhibiteurs du BRAF et du MEK administrés pour traiter le cancer de la thyroïde comprennent ceux-ci :

  • dabrafénib (Tafinlar);
  • tramétinib (Mekinist).

Effets secondaires du traitement ciblé

Les effets secondaires du traitement ciblé dépendent surtout du type de médicament ou d’association médicamenteuse, de la dose, de la façon de l'administrer et de votre état de santé global. Avisez votre équipe de soins si vous éprouvez des effets secondaires que vous croyez liés au traitement ciblé. Plus tôt vous signalez un problème, plus rapidement on pourra vous dire comment aider à le traiter. Demandez à votre médecin ou à votre pharmacien quels effets secondaires pourraient survenir.

Les inhibiteurs multikinases peuvent provoquer de la fatigue, des éruptions cutanées, une perte d'appétit, la diarrhée, la nausée et une hausse de la pression artérielle. Ils peuvent aussi causer des problèmes aux mains et aux pieds, soit la douleur, des picotements, des engourdissements ainsi que la rougeur et la desquamation de la peau (syndrome d'enflure douloureuse des mains et des pieds).

Les inhibiteurs du RET peuvent provoquer la sécheresse de la bouche, la diarrhée, la constipation, la hausse de la pression artérielle, la fatigue, l'enflure des mains ou des pieds, des éruptions cutanées, une hausse du taux de sucre sanguin, une baisse du nombre de globules blancs et une baisse du nombre de plaquettes.

Les inhibiteurs du NTRK peuvent causer des étourdissements, de la fatigue, la nausée, des vomissements, la constipation, un gain de poids et la diarrhée.

Les inhibiteurs du BRAF et du MEK peuvent provoquer des changements de la peau, des éruptions cutanées, des démangeaisons, une sensibilité au soleil, des maux de tête, la fièvre, des frissons, des douleurs articulaires ou musculaires, la fatigue, une toux, une perte de poils et de cheveux, la nausée, la diarrhée et une hausse de la pression artérielle.

Apprenez-en davantage sur le traitement ciblé

Apprenez-en davantage sur le traitement ciblé. Afin de prendre les bonnes décisions pour vous, posez des questions sur le traitement ciblé à votre équipe de soins.

Les renseignements sur des médicaments spécifiques changent assez régulièrement. Apprenez-en davantage sur les sources d’information sur les médicaments ainsi que sur les sites où vous pouvez obtenir des renseignements sur des médicaments spécifiques.

Révision par les experts et références

  • Shereen Ezzat, MD, FRCPC, FACP