Analyse du statut des récepteurs hormonaux

L'œstrogène et la progestérone sont des hormones femelles. Elles peuvent favoriser la croissance de certaines cellules, dont celles du cancer du sein. On trouve des récepteurs d'œstrogènes (ER) et de progestérone (PR) à la surface ou à l’intérieur (dans le noyau ou d’autres composants) des cellules normales du sein et de certains types de cellules du cancer du sein. C'est sur ces récepteurs que les hormones se fixent aux cellules. Une fois qu’elles s’y sont fixées, les hormones peuvent affecter le comportement ou la croissance des cellules.

Les cellules du cancer du sein qui ont des récepteurs ER et PR ont besoin de ces hormones pour croître et se diviser.

Pourquoi on analyse le statut des récepteurs hormonaux

On analyse le statut des récepteurs hormonaux lors du processus diagnostique du cancer du sein ou quand un cancer du sein réapparaît après le traitement (récidive).

On évalue souvent le statut des récepteurs hormonaux en même temps que le statut HER2.

Connaître le statut des récepteurs hormonaux de la tumeur aide les médecins à prévoir le degré d’efficacité de l'hormonothérapie et quels autres traitements pourraient faire effet. Le statut des récepteurs hormonaux affecte aussi le pronostic et la survie liés au cancer du sein.

On peut avoir recours à cette analyse pour la femme ou l’homme atteint du cancer du sein. Chez l’homme, la quantité d’œstrogène et de progestérone est moins élevée que chez la femme, mais cette analyse peut tout de même aider à planifier le traitement.

Comment on analyse le statut des récepteurs hormonaux

On évalue le statut des récepteurs hormonaux à partir de tissu prélevé par biopsie. Des tests d’immunohistochimie permettent d’établir le nombre de récepteurs hormonaux présents dans les cellules du cancer du sein.

Les résultats des tests se basent sur la présence de récepteurs de chaque type et leur quantité. Les résultats sont positifs ou négatifs. On peut trouver des récepteurs positifs (+) et des récepteurs négatifs (-) dans une même tumeur.

Dans environ deux tiers de tous les cas de cancer du sein, la tumeur contient des récepteurs d’œstrogènes, de progestérone, ou des deux. Un cancer du sein qui est ER négatif et PR positif est très rare, et on doit alors faire plus de tests pour s’assurer du statut.

Ce que signifient les résultats

Le statut des récepteurs hormonaux indique aux médecins si l’hormonothérapie risque de ralentir ou d’interrompre la croissance des cellules cancéreuses. Cela les aide à décider si l’hormonothérapie est une option de traitement pour vous:

  • La tumeur ER positive et la tumeur ER et PR positive sont souvent traitées par hormonothérapie.
  • La tumeur ER négative et PR positive est parfois traitée par hormonothérapie.
  • La tumeur dont les récepteurs hormonaux sont négatifs (ER- et PR-) n’est pas traitée par hormonothérapie.

Statut des récepteurs hormonaux lors d’une récidive

Il arrive parfois qu’un cancer du sein réapparaisse, ou récidive, après avoir été traité. On peut prélever du tissu (biopsie) sur une tumeur afin de confirmer un diagnostic de récidive de cancer du sein ou d’écarter un diagnostic de nouveau cancer primitif du sein. On pourra alors revérifier le statut des récepteurs hormonaux.

Les femmes dont la première tumeur était ER positive peuvent être atteintes d'une tumeur ER négative lorsque le cancer réapparaît. C’est un facteur pronostique important puisqu’une hormonothérapie supplémentaire pourrait ne pas être aussi efficace contre cette tumeur.

Il est possible que le cancer du sein réagisse à l'hormonothérapie si la récidive se produit plusieurs années après le diagnostic initial de cancer du sein et si la tumeur primitive était ER négative et PR négative.

Révision par les experts et références

  • American Association for Clinical Chemistry. Lab Tests Online: Estrogen/Progesterone Receptor Status. 2014: https://labtestsonline.org/understanding/analytes/progesterone-receptors/tab/glance/.
  • Breast cancer pathology reporting checklist. BC Cancer Agency. Cancer Management Guidelines. Vancouver, BC: BC Cancer Agency;
  • Hammond MEH, Hayes DF, Allred DC, Dowsett M, Hagerty KL, Badve S, Fitzgibbons PL, et al . American Society of Clinical Oncology / College of American Pathologists guideline recommendations for immunohistochemical testing of estrogen and progesterone receptors in breast cancer. Journal of Clinical Oncology. 2010: http://www.instituteforquality.org/guidelines/erpr.