Ayurveda

L’Ayurveda est un type ancien de système de guérison et de médecine traditionnelle qui est utilisé en Inde depuis des milliers d’années. La médecine ayurvédique met l’accent sur l’harmonie et l’équilibre de l'esprit, de l'âme, de l’environnement et du cosmos.

Les praticiens de l’Ayurveda étudient avec soin la bouche, les yeux, la peau, les oreilles, les organes génitaux et l’anus d’une personne. Ils vérifient aussi le pouls et écoutent la respiration. Cet examen aide le praticien à déterminer les énergies vitales fondamentales de la personne, appelées doshas. Il y a 3 doshas, et ceux-ci décrivent le mode de vie et les habitudes de la personne ainsi que ses caractéristiques émotionnelles, spirituelles et physiques. Chaque personne possède un dosha qui est plus fort que les autres.

La maladie est considérée comme venant du déséquilibre entre les doshas d’une personne et de nombreux autres facteurs, comme les relations interpersonnelles, le mode de vie et le régime alimentaire. Le principal but de l’Ayurveda est de rétablir l’équilibre et la force des doshas pour atteindre l’harmonie et le bien-être. On y arrive à l’aide de plusieurs approches.

La nourriture et l'alimentation sont des aspects très importants de la médecine ayurvédique. L’Ayurveda recommande de manger ou de ne pas manger certains aliments afin d’équilibrer vos doshas.

Les traitements aux plantes ayurvédiques sont souvent un mélange de plusieurs types différents de plantes et se présentent sous forme de pilules, de tisanes ou d’huiles à utiliser sur la peau. On utilise différentes combinaisons de plantes selon l’équilibre de vos doshas.

Les praticiens ayurvédiques ont recours à la purification, ou désintoxication, du corps afin d’aider à équilibrer les doshas. Les praticiens peuvent combiner des huiles et des plantes qui font transpirer ou vomir. D’autres méthodes sont utilisées pour purifier le corps, comme le recours à un laxatif ou à un lavement, le nettoyage du nez et le prélèvement de sang (saignée).

Le yoga et la méditation sont employés pour accroître l'éveil spirituel et aider à établir l'équilibre entre les doshas.

L’Ayurveda comme thérapie complémentaire

À l’heure actuelle, il n’y a aucune preuve que l’Ayurveda comme système médical peut traiter le cancer en lui-même. Certaines recherches ont montré que certaines approches utilisées en médecine ayurvédique sont utiles comme thérapies complémentaires. Par exemple, la recherche a montré que le yoga et la méditation sont des thérapies complémentaires utiles qui peuvent atténuer le stress et l’anxiété chez les personnes atteintes du cancer.

Beaucoup plus de recherches sur l’Ayurveda seront nécessaires pour comprendre le rôle que peuvent jouer ses différentes approches comme thérapie complémentaire afin d’aider les personnes à faire face au cancer.

Effets secondaires et risques de l’Ayurveda

Si vous envisagez d’essayer l’une ou l’autre des approches de la médecine ayurvédique, parlez-en à votre équipe de soins. Chaque approche ayurvédique doit être étudiée indépendamment pour comprendre ses effets secondaires et les risques qu’elle présente comme thérapie complémentaire.

Plus de recherches doivent être menées pour savoir si les personnes atteintes de cancer peuvent suivre un régime alimentaire ayurvédique sans danger et si cela aide à atténuer les éventuels effets secondaires des traitements.

On doit faire plus de recherches pour savoir si l’emploi des plantes ayurvédiques est sécuritaire pour les personnes atteintes de cancer. Nous ne savons pas encore comment ces plantes interagissent avec des traitements classiques du cancer comme la chimiothérapie et la radiothérapie. Certains remèdes ayurvédiques à base de plantes médicinales ont été contaminés par des métaux toxiques comme le plomb, l’arsenic ou le mercure, présents à des taux élevés. Les plantes ayurvédiques ayant un numéro de produit naturel (NPN) répondent aux normes du règlement sur les produits de santé naturels et sans ordonnance de Santé Canada. Ces produits peuvent être plus sécuritaires, mais nous ne savons toujours pas comment ils affectent les traitements classiques du cancer.

Les méthodes de lavement ayurvédique sont à éviter si vous présentez un nombre peu élevé de cellules sanguines ou si vous avez eu des vomissements en raison d’un traitement du cancer.

La plupart des types de yoga et de méditation ne présentent aucun danger.

Trouvez un praticien

Les praticiens d'Ayurveda sont formés par des programmes ou instituts reconnus en Inde. L’Ayurveda est devenue populaire en Occident, et on trouve quelques praticiens formés en Inde qui exercent leur profession en Amérique du Nord et qui enseignent également la médecine ayurvédique. Cependant, les praticiens d'Ayurveda ne sont pas réglementés au Canada.

Révision par les experts et références

  • Aggarwal BB, Ichikawa H, Garodia P, Weerasinghe P, Sethi G, Bhatt ID, Pandey MK, et al . From traditional Ayurvedic medicine to modern medicine: identification of therapeutic targets for suppression of inflammation and cancer. Expert Opinion on Therapeutic Targets. 2006.
  • Decker G . Complementary and alternative medicine (CAM) therapies in integrative oncology. Yarbro, CH, Wujcki D, & Holmes Gobel B. (eds.). Cancer Nursing: Principles and Practice. 7th ed. Sudbury, MA: Jones and Bartlett; 2011: 24: 626-654.
  • Deng GE, et al . Evidence-based clinical practice guidelines for integrative oncology: complementary therapies and botanicals. Journal of the Society for Integrative Oncology. Society for Integrative Oncology; 2009.
  • Jain S, Gill V, Vasudeva N, et al . Ayurvedic medicines in treatment of cancer. Journal of Chinese Integrative Medicine. 2009.
  • National Center for Complementary and Alternative Medicine (NCCAM). Ayurvedic Medicine: An Introduction. Bethesda, MD: National Center for Complementary and Alternative Medicine; 2013: http://nccam.nih.gov/health/ayurveda/introduction.htm.
  • Ulbricht C, Cohen L, Lee R . Complementary, alternative, and integrative therapies in cancer care. Devita, V. T., Jr., Lawrence, T. S., & Rosenberg, S. A. Cancer: Principles & Practice of Oncology. 9th ed. Philadelphia: Lippincott, Willams, Wilkins; 2011: 181.