Traitements du carcinome peu différencié de siège primitif inconnu

En présence d’un carcinome peu différencié de siège primitif inconnu, on peut avoir recours aux options de traitement suivantes. Votre équipe de soins vous proposera des traitements en fonction de vos besoins et discutera avec vous afin d’élaborer un plan de traitement.

Quand votre équipe de soins décide quels traitements vous offrir pour le carcinome peu différencié de siège primitif inconnu, elle prend les éléments suivants en considération :

  • le risque du cancer primitif inconnu (CPI) (risque favorable ou mauvais risque);
  • le nombre et l’emplacement des différents sièges où le cancer est détecté;
  • le pronostic;
  • l’indice fonctionnel;
  • le siège primitif (l’emplacement où le cancer pourrait avoir pris naissance);
  • votre état de santé global;
  • votre âge;
  • vos préférences en matière de traitement.

Chimiothérapie

La chimiothérapie peut être une option de traitement du carcinome peu différencié de siège primitif inconnu. Des recherches sont toujours en cours afin de déterminer quelles associations chimiothérapeutiques sont les plus efficaces pour traiter ce type de cancer.

Tumeurs germinales extragonadiques

En général, lorsqu’ils détectent un carcinome peu différencié de siège primitif inconnu chez des adultes âgés de moins de 40 ans, les médecins soupçonnent d’abord que la tumeur d’origine est une tumeur germinale extragonadique. Ce type de tumeur prend naissance dans les cellules germinales. Ces cellules se trouvent habituellement dans les testicules ou les ovaires, mais les tumeurs germinales extragonadiques apparaissent dans des cellules germinales qui sont situées hors de ces organes.

On peut proposer une chimiothérapie du cancer du testicule aux jeunes hommes atteints d’un carcinome peu différencié de siège primitif inconnu.

On peut proposer une chimiothérapie du cancer des cellules germinales de l’ovaire aux jeunes femmes atteintes d’un carcinome peu différencié de siège primitif inconnu.

Autres carcinomes peu différenciés de siège primitif inconnu

Pour d’autres types de carcinome peu différencié diagnostiqués chez des adultes âgés de plus de 40 ans et dont le siège primitif demeure incertain, l’équipe de soins proposera le type de chimiothérapie qui, selon elle, sera le plus efficace dans votre cas. C’est ce qu’on appelle la chimiothérapie empirique. On utilise habituellement 2 agents chimiothérapeutiques ou plus. La plupart des associations médicamenteuses comprennent au moins l’un des agents suivants :

  • un médicament à base de platine, c’est-à-dire du cisplatine (Platinol AQ) ou du carboplatine (Paraplatin, Paraplatin AQ)
  • un taxane, c’est-à-dire du paclitaxel (Taxol) ou du docétaxel (Taxotere)

Si vous ne pouvez pas ou ne voulez pas recevoir de traitement du cancer

Vous pourriez envisager des soins qui visent à vous faire sentir mieux plutôt qu’à traiter le cancer lui-même, peut-être parce que les traitements du cancer n’agissent plus, qu’il n’est plus probable qu’ils améliorent votre état ou que leurs effets secondaires sont difficiles à tolérer. D’autres raisons peuvent expliquer pourquoi vous ne pouvez pas ou ne voulez pas recevoir de traitement du cancer.

Discutez avec les membres de votre équipe de soins. Ils peuvent vous aider à choisir les soins et le traitement pour un cancer avancé.

Essais cliniques

On peut vous demander si vous voulez participer à un essai clinique sur le cancer primitif inconnu (CPI). Apprenez-en davantage sur les essais cliniques.

Révision par les experts et références

  • American Cancer Society. Cancer - Unknown Primary. Atlanta, GA: 2014: http://www.cancer.org/acs/groups/cid/documents/webcontent/003092-pdf.pdf.
  • Fizazi K, Greco FA, Pavlidis N, et al . Cancers of unknown primary site: ESMO Clinical Practice Guidelines for diagnosis, treatment and follow-up. Annals of Oncology. Oxford University Press; 2011.
  • Greco FA . Cancer of unknown primary site: improved patient management with molecular and immunohistochemical diagnosis. 2013 ASCO Educational Book. Alexandria, VA: American Society of Clinical Oncology;
  • Greco FA & Hainsworth JD . Cancer of unknown primary site. DeVita VT Jr, Lawrence TS, & Rosenberg SA. Cancer: Principles & Practice of Oncology. 10th ed. Philadelphia: Wolters Kluwer Health/Lippincott Williams & Wilkins; 2015: 113:1720-1737.
  • Hainsworth JD, Greco FA . Neoplasms of unknown primary site. Hong WK, Bast RC Jr, Hait WN, et al (eds.). Holland Frei Cancer Medicine. 8th ed. People's Medical Publishing House; 2010: 120: 1713-1722.
  • Hainsworth JD, Greco FA . Chemotherapy of carcinoma of unknown primary site. Perry MC, Doll DC, Freter CE. Perry's The Chemotherapy Source Book. 5th ed. Lippincott Williams Wilkins; 2012: Chapter 37. http://www.lwwoncology.com.
  • Kim KW, Krajewski, KM, Jagannathan JP, et al . Cancer of unknown primary sites: what radiologists need to know and what oncologists want to know. AJR: American Journal of Roentgenology. The American Roentgen Ray Society; 2013.
  • National Cancer Institute. Carcinoma of Unknown Primary Treatment (PDQ®) Health Professional Version. 2015.
  • National Comprehensive Cancer Network. Occult Primary (Cancer of Unknown Primary [CUP]) (Version 3.2014). http://www.nccn.org/professionals/physician_gls/pdf/occult.pdf.
  • Pavlidis N, & Pentheroudakis G . Cancer of unknown primary site. Lancet. Elsevier; 2012.
  • Stella GM, Senetta R, Cassenti A, Ronco M, & Cassoni P . Cancers of unknown primary origin: current perspectives and future therapeutic strategies. Journal of Translational Medicine. 2012: http://www.translational-medicine.com/content/10/1/12.