Hormonothérapie du cancer primitif inconnu

Quelques personnes atteintes de cancer primitif inconnu (CPI) reçoivent de l’hormonothérapie. Il s’agit d’un traitement qui ajoute, bloque ou enlève des hormones. Les hormones sont des substances qui sont responsables de certaines fonctions corporelles, dont l’activité et la croissance des cellules. Bloquer certaines hormones ou en modifier le taux peut ralentir la croissance et la propagation des cellules cancéreuses. Pour ce faire, on peut avoir recours à des médicaments, à la chirurgie ou à la radiothérapie.

Les médecins pourraient vous proposer de l’hormonothérapie s’ils croient que le type de CPI dont vous êtes atteint y réagira. On peut employer l’hormonothérapie pour :

  • traiter le cancer
  • soulager la douleur ou maîtriser les symptômes du cancer avancé (on parle alors de traitement palliatif)

Votre équipe de soins prendra vos besoins personnels en considération au moment de planifier l’hormonothérapie. Vous pourriez aussi recevoir d’autres traitements.

Hormonothérapie par type de CPI

Si les médecins croient que le CPI a pris naissance dans le sein ou la prostate, ils pourraient vous proposer de l’hormonothérapie.

Hormonothérapie du CPI qui pourrait avoir pris naissance dans le sein

On peut proposer de l’hormonothérapie aux femmes atteintes de CPI lorsque les ganglions lymphatiques de l’aisselle sont atteints et que les médecins croient que le siège primitif pourrait se trouver dans le sein. Les médicaments employés sont les mêmes que ceux qu’on utilise pour l’hormonothérapie du cancer du sein. Ils peuvent comprendre :

  • tamoxifène (Nolvadex, Tamofen);
  • anastrozole (Arimidex);
  • létrozole (Femara);
  • exémestane (Aromasin);
  • goséréline (Zoladex).

Apprenez-en davantage sur l’hormonothérapie pour le cancer du sein.

Hormonothérapie du CPI qui pourrait avoir pris naissance dans la prostate

Lorsqu'un os d’un homme atteint de CPI est touché ou que son taux d’antigène prostatique spécifique (APS) est élevé, il est possible que le siège primitif du cancer se trouve dans la prostate. Les médicaments employés sont les mêmes que ceux qu’on utilise pour l’hormonothérapie du cancer de la prostate. Ils peuvent comprendre :

  • leuprolide (Lupron, Lupron Depot, Eligard);
  • goséréline (Zoladex);
  • flutamide (Euflex);
  • bicalutamide (Casodex).

Apprenez-en davantage sur l’hormonothérapie du cancer de la prostate.

Effets secondaires

Peu importe le traitement du CPI, il est possible que des effets secondaires se produisent, mais chaque personne les ressent différemment. Certaines en ont beaucoup, alors que d’autres en éprouvent peu ou pas du tout.

Les effets secondaires de l’hormonothérapie dépendent surtout du type de médicament employé, de la dose administrée et de votre état de santé global. Voici certains effets secondaires courants de l'hormonothérapie médicamenteuse administrée pour traiter le CPI :

Avisez votre équipe de soins si vous éprouvez ces effets secondaires ou d’autres que vous croyez liés à l'hormonothérapie. Plus vite vous mentionnez un problème, plus rapidement on pourra vous dire comment aider à le soulager. Votre équipe de soins peut aussi vous fournir davantage de renseignements sur la sexualité et le cancer.

Informations sur des médicaments anticancéreux spécifiques

Les renseignements sur des médicaments spécifiques changent assez régulièrement. Apprenez-en davantage sur les sources d’information sur les médicaments ainsi que sur les sites où vous pouvez obtenir des renseignements sur des médicaments spécifiques.

Questions à poser sur l’hormonothérapie

Apprenez-en davantage sur l’hormonothérapie et les effets secondaires de l’hormonothérapie. Afin de prendre les bonnes décisions pour vous, posez des questions sur l’hormonothérapie à l'équipe de soins.

Révision par les experts et références

  • Cancer Care Ontario. Drug Formulary. Toronto, ON: Cancer Care Ontario;
  • Fizazi K, Greco FA, Pavlidis N, et al . Cancers of unknown primary site: ESMO Clinical Practice Guidelines for diagnosis, treatment and follow-up. Annals of Oncology. Oxford University Press; 2011.
  • Greco FA & Hainsworth JD . Cancer of unknown primary site. DeVita VT Jr, Lawrence TS, & Rosenberg SA. Cancer: Principles & Practice of Oncology. 10th ed. Philadelphia: Wolters Kluwer Health/Lippincott Williams & Wilkins; 2015: 113:1720-1737.
  • Hainsworth JD, Greco FA . Chemotherapy of carcinoma of unknown primary site. Perry MC, Doll DC, Freter CE. Perry's The Chemotherapy Source Book. 5th ed. Lippincott Williams Wilkins; 2012: Chapter 37. http://www.lwwoncology.com.
  • Kim KW, Krajewski, KM, Jagannathan JP, et al . Cancer of unknown primary sites: what radiologists need to know and what oncologists want to know. AJR: American Journal of Roentgenology. The American Roentgen Ray Society; 2013.
  • National Comprehensive Cancer Network. Occult Primary (Cancer of Unknown Primary [CUP]) (Version 3.2014). http://www.nccn.org/professionals/physician_gls/pdf/occult.pdf.