Traitements de l’adénocarcinome de siège primitif inconnu

En présence d’un adénocarcinome de siège primitif inconnu, on peut avoir recours aux options de traitement suivantes. Votre équipe de soins vous proposera des traitements en fonction de vos besoins et discutera avec vous afin d’élaborer un plan de traitement.

Quand votre équipe de soins décide quels traitements vous offrir pour l’adénocarcinome de siège primitif inconnu, elle prend les éléments suivants en considération :

  • le degré de différenciation des cellules cancéreuses;
  • le risque du cancer primitif inconnu (CPI) (risque favorable ou mauvais risque);
  • le nombre et l’emplacement des différents sièges où le cancer est détecté;
  • le pronostic;
  • l’indice fonctionnel;
  • le siège primitif possible (l’emplacement où le cancer pourrait avoir pris naissance);
  • votre état de santé global;
  • votre âge;
  • vos préférences en matière de traitement.

Pour déterminer qu’un adénocarcinome est de risque favorable, on se fonde sur l’emplacement où le cancer a été détecté et sur les résultats de la biopsie. Les types de cancer suivants sont des adénocarcinomes de risque favorable :

  • adénocarcinome de siège primitif inconnu dans les ganglions lymphatiques de l’aisselle, chez les femmes;
  • adénocarcinome dans le revêtement de l’abdomen (appelé péritoine), chez les femmes;
  • cancer qui s’est propagé aux os, chez les hommes dont le taux d’antigène prostatique spécifique (APS) est élevé;
  • tumeur unique située dans le foie, un poumon, le cerveau ou un autre organe;
  • adénocarcinome de siège primitif inconnu de type colorectal.

Chimiothérapie

Le type de chimiothérapie proposé dans le cas d’un adénocarcinome de siège primitif inconnu dépend de l’emplacement où le cancer a été détecté.

Si, à partir des résultats des épreuves diagnostiques, l’équipe de soins croit que le cancer provient d’une partie précise du corps, elle pourrait proposer une chimiothérapie visant à traiter le type de cancer touchant cette partie. Par exemple, elle pourrait vous offrir une chimiothérapie du cancer colorectal ou une chimiothérapie du cancer du poumon non à petites cellules.

Lorsqu’on détecte un adénocarcinome de siège primitif inconnu dans les ganglions lymphatiques de l’aisselle d’une femme, il est possible que le siège primitif soit le sein. Ainsi, la femme recevra des médicaments visant à traiter le cancer du sein et les médecins examineront les cellules cancéreuses pour déterminer leur statut HER2. Si le cancer est HER2 positif, la femme pourrait aussi recevoir du trastuzumab (Herceptin). Apprenez-en davantage sur la chimiothérapie du cancer du sein et sur l’analyse du statut HER2.

Lorsqu’on détecte un adénocarcinome de siège primitif inconnu dans le revêtement de l’abdomen d’une femme, il est possible qu’il ait pris naissance dans un ovaire. Une femme atteinte de ce type de cancer recevra de la chimiothérapie du cancer épithélial de l’ovaire.

Si vous êtes atteint d’un adénocarcinome de siège primitif inconnu qui est indifférencié ou de mauvais risque et que les médecins n’arrivent pas à estimer où le cancer a probablement pris naissance, votre équipe de soins vous proposera le type de chimiothérapie qui, selon elle, sera le plus efficace dans votre cas. C’est ce qu’on appelle la chimiothérapie empirique. Elle consiste habituellement en 2 médicaments ou plus. La plupart des associations médicamenteuses comprennent au moins l’un des agents suivants :

  • un médicament à base de platine, c’est-à-dire du cisplatine (Platinol AQ) ou du carboplatine (Paraplatin, Paraplatin AQ);
  • un taxane, c’est-à-dire du paclitaxel (Taxol) ou du docétaxel (Taxotere);
  • de la gemcitabine (Gemzar).

L’association la plus courante est le carboplatine (qui cause moins d’effets secondaires graves que d’autres agents) et le paclitaxel.

Radiothérapie

On peut proposer une radiothérapie externe pour traiter un adénocarcinome de siège primitif inconnu.

Lorsqu’on détecte un adénocarcinome de siège primitif inconnu dans les os d’un homme et que son taux d’antigène prostatique spécifique (APS) est élevé, il est possible que le cancer ait pris naissance dans la prostate. On peut alors administrer de la radiothérapie dirigée vers les os pour soulager la douleur, réduire la taille des tumeurs et prévenir les fractures.

Après la chirurgie, on peut proposer de la radiothérapie pour le cancer du sein aux femmes chez qui on a détecté un adénocarcinome de siège primitif inconnu dans les ganglions lymphatiques de l’aisselle. La radiothérapie peut être dirigée vers l’endroit où on a enlevé les ganglions lymphatiques et vers le sein situé de ce côté du corps.

Hormonothérapie

L’hormonothérapie est un traitement qui ajoute, bloque ou enlève des hormones. Le type d’hormonothérapie proposé dépend de l’emplacement où le cancer a été détecté.

Les femmes chez qui on a détecté un adénocarcinome de siège primitif inconnu dans les ganglions lymphatiques de l’aisselle recevront de l’hormonothérapie pour le cancer du sein.

Les hommes dont les os sont touchés par le cancer et dont le taux d’antigène prostatique spécifique (APS) est élevé recevront de l’hormonothérapie pour le cancer de la prostate.

Chirurgie

Les médecins peuvent proposer une chirurgie lorsqu’il n’y a qu’une seule tumeur et que celle-ci peut être enlevée complètement. Le type de chirurgie pratiqué dépend de l’emplacement de la tumeur dans le corps.

La chirurgie peut aussi être offerte aux femmes chez qui le cancer a été détecté dans la cavité péritonéale ou dans les ganglions lymphatiques de l’aisselle.

Si vous ne pouvez pas ou ne voulez pas recevoir de traitement du cancer

Vous pourriez envisager des soins qui visent à vous faire sentir mieux plutôt qu’à traiter le cancer lui-même, peut-être parce que les traitements du cancer n’agissent plus, qu’il n’est plus probable qu’ils améliorent votre état ou que leurs effets secondaires sont difficiles à tolérer. D’autres raisons peuvent expliquer pourquoi vous ne pouvez pas ou ne voulez pas recevoir de traitement du cancer.

Discutez avec les membres de votre équipe de soins. Ils peuvent vous aider à choisir les soins et le traitement pour un cancer avancé.

Essais cliniques

On peut vous demander si vous voulez participer à un essai clinique sur le cancer primitif inconnu (CPI). Apprenez-en davantage sur les essais cliniques.

Révision par les experts et références

  • American Cancer Society. Cancer - Unknown Primary. Atlanta, GA: 2014: http://www.cancer.org/acs/groups/cid/documents/webcontent/003092-pdf.pdf.
  • Fizazi K, Greco FA, Pavlidis N, et al . Cancers of unknown primary site: ESMO Clinical Practice Guidelines for diagnosis, treatment and follow-up. Annals of Oncology. Oxford University Press; 2011.
  • Greco FA . Cancer of unknown primary site: improved patient management with molecular and immunohistochemical diagnosis. 2013 ASCO Educational Book. Alexandria, VA: American Society of Clinical Oncology;
  • Greco FA & Hainsworth JD . Cancer of unknown primary site. DeVita VT Jr, Lawrence TS, & Rosenberg SA. Cancer: Principles & Practice of Oncology. 10th ed. Philadelphia: Wolters Kluwer Health/Lippincott Williams & Wilkins; 2015: 113:1720-1737.
  • Hainsworth JD, Greco FA . Chemotherapy of carcinoma of unknown primary site. Perry MC, Doll DC, Freter CE. Perry's The Chemotherapy Source Book. 5th ed. Lippincott Williams Wilkins; 2012: Chapter 37. http://www.lwwoncology.com.
  • Lisovsky M, Tafe LJ, Lefferts JA . Molecular diagnostics of metastatic malignancies. Tan D, Lynch, HT (eds.). Principles of Molecular Diagnostics and Personalized Cancer Medicine. Lippincott Williams & Wilkins; 2013: Chapter 42.
  • National Cancer Institute. Carcinoma of Unknown Primary Treatment (PDQ®) Health Professional Version. 2015.
  • National Comprehensive Cancer Network. Occult Primary (Cancer of Unknown Primary [CUP]) (Version 3.2014). http://www.nccn.org/professionals/physician_gls/pdf/occult.pdf.