Statistiques de survie pour la leucémie aiguë myéloblastique

Les statistiques de survie à la leucémie aiguë myéloblastique (LAM) sont des estimations très générales qui doivent être interprétées avec prudence. Puisqu’elles sont fondées sur l’expérience de groupes de personnes, elles ne permettent pas de prévoir les chances de survie d’une personne en particulier.

Il existe de nombreuses méthodes différentes pour évaluer et consigner les statistiques de survie au cancer. Votre médecin peut vous expliquer les statistiques sur la LAM et ce qu’elles signifient pour vous.

Survie nette

La survie nette représente la probabilité de survivre au cancer en l’absence d’autres causes de décès. Elle permet d’estimer le pourcentage de personnes qui survivront à leur cancer.

Au Canada, la survie nette après 5 ans pour la LAM est de 21 %, ce qui signifie qu’environ 21 % des personnes ayant reçu un diagnostic de LAM survivront au moins 5 ans.

Survie globale pour la LAM

Les personnes atteintes de LAM doivent être traitées. Sans traitement, leur survie n’est que de quelques jours voire quelques semaines.

Grâce aux protocoles de traitement actuels, de 65 à 70 % des personnes atteintes de LAM parviennent à une rémission complète, ce qui signifie qu’on n’observe pas de cellules leucémiques dans leur moelle osseuse après un traitement d’induction. Les adultes âgés de plus de 60 ans ont habituellement un taux de réponse plus faible. Environ 25 à 40 % des personnes âgées de plus de 60 ans survivent 3 ans ou plus.

Si on fait une allogreffe de cellules souches lors de la première rémission, le taux de survie sans récidive après 5 ans est de 30 à 50 %. S’il n’y a pas eu de récidive au cours des 2 années qui ont suivi la greffe de cellules souches, la personne a 80 % de chance de rester en rémission complète pendant une longue période.

Les personnes qui ont reçu un traitement de consolidation intensif et celles qui ont reçu une allogreffe de cellules souches ont des taux de survie semblables. Ils sont légèrement plus bas pour les personnes qui reçoivent une autogreffe de cellules souches.

Survie pour la leucémie promyélocytaire aiguë

Les traitements proposés et les statistiques de survie pour la leucémie promyélocytaire aiguë (LPA) diffèrent de ceux des autres types de LAM. Après être parvenues à une rémission complète, de 70 à 90 % des personnes atteintes de LPA survivent longtemps, et les médecins considèrent qu’elles sont guéries.

Questions sur la survie

Si vous êtes atteint de LAM, discutez avec votre médecin de votre pronostic. Le pronostic repose sur de nombreux facteurs dont ceux qui suivent :

  • antécédents médicaux
  • type de cancer
  • stade
  • caractéristiques du cancer
  • traitements choisis
  • réponse au traitement

Seul un médecin qui connaît bien ces facteurs pourra examiner toutes ces données de concert avec les statistiques de survie pour en arriver à un pronostic.

Révision par les experts et références

  • American Cancer Society. Leukemia - Acute Myeloid (Myelogenous). Atlanta, GA: American Cancer Society; 2013: http://www.cancer.org/acs/groups/cid/documents/webcontent/003110-pdf.pdf.
  • Canadian Cancer Statistics Advisory Committee. Canadian Cancer Statistics 2019 . Toronto, ON : Canadian Cancer Society; 2019: https://www.cancer.ca/en/cancer-information/cancer-101/canadian-cancer-statistics/past-editions-canadian-cancer-statistics/.
  • Kebriaei P, Champlin R, de Lima M, et al . Management of acute leukemias. DeVita VT Jr, Lawrence TS, & Rosenberg SA. Cancer: Principles & Practice of Oncology. 9th ed. Philadelphia: Wolters Kluwer Health/Lippincott Williams & Wilkins; 2014: 131: pp. 1928-1954.
  • National Cancer Institute. Adult Acute Myeloid Leukemia Treatment (PDQ®) Health Professional Version. Bethesda, MD: National Cancer Institute; 2014: http://www.cancer.gov.
  • Wiernik PH . Diagnosis and treatment of adult acute myeloid leukemia other than acute promyelocytic leukemia. Wiernik PH, Goldman JM, Dutcher JP & Kyle RA (eds.). Neoplastic Diseases of the Blood. 5th ed. Springer; 2013: 22: pp. 375-401.