Classification de la leucémie aiguë lymphoblastique

Les différents types de leucémie aiguë lymphoblastique (LAL) prennent naissance dans différents types de lymphocytes. Près de 85 % des cas de LAL proviennent des lymphocytes B, aussi appelés cellules B, et 15 % proviennent des lymphocytes T, aussi appelés cellules T.

Système de classification de l'Organisation mondiale de la Santé

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) classe la LAL en fonction de l’immunophénotype des cellules leucémiques. L’immunophénotype est établi selon les résultats des analyses de laboratoire, dont la cytométrie de flux et les tests cytogénétiques. Il y a de rares cas où la leucémie aiguë présente des caractéristiques de la LAL et de la leucémie aiguë myéloblastique (LAM). Ces leucémies rares sont appelées leucémies aiguës de phénotype mixte (LAPM).

Classification de l’OMS pour la LAL

Type de lymphoblaste

Sous-type OMS

Lymphocyte B précurseur

Leucémie/lymphome lymphoblastique B, sans autre indication (SAI)

Lymphocyte B précurseur

Leucémie/lymphome lymphoblastique B avec anomalies cytogénétiques récurrentes :

  • avec t(9;22)
  • avec t(v;11q23)
  • avec t(12;21)
  • avec hyperdiploïdie (plus de 50 chromosomes)
  • avec hypodiploïdie (moins de 50 chromosomes)
  • avec t(5;14)
  • avec t(1;19)

Lymphocyte T précurseur

Leucémie/lymphome lymphoblastique T

Le système de classification franco-américano-britannique (FAB), qui est plus ancien, classe la LAL selon l’apparence des cellules leucémiques observées au microscope. Il se base sur la morphologie (taille, forme et structure) des cellules leucémiques. La plupart des médecins utilisent le système de classification de l’OMS puisqu’il a recours à de plus récentes analyses de laboratoire qui permettent de classer la LAL avec plus de précision.

Autres facteurs de classification

Les médecins se servent des facteurs suivants pour décrire la LAL. Ils prennent ces facteurs, ainsi que la classification de l’OMS, en considération pour les aider à établir le pronostic et à planifier le traitement.

Anomalies chromosomiques

Chez environ 70 % des adultes atteints de LAL, les cellules leucémiques présentent  des changements dans leurs chromosomes, soit des anomalies chromosomiques.

Le chromosome Philadelphie

Le chromosome Philadelphie (Ph), ou t(9;22), est une anomalie chromosomique souvent présente dans les cellules leucémiques des adultes atteints d’une LAL. Le bras long du chromosome 9 change de place avec le bras long du chromosome 22. Ce type de changement est appelé translocation. Cette translocation crée le gène de fusion Bcr-Abl, qui engendre l’apparition de la LAL.

Chez environ 1 adulte sur 4 atteint de LAL, les cellules leucémiques sont porteuses du chromosome Ph. On dit alors que la LAL est Ph positive, ou Ph+. Quand le chromosome Ph n’est pas présent, on dit que la LAL est Ph négative, ou Ph-. La LAL Ph+ est plus courante chez les personnes âgées.

On ne sait pas pourquoi le chromosome Ph apparaît dans les cellules leucémiques du sang et de la moelle osseuse. Bien que cette anomalie chromosomique soit génétique, elle n’est pas héréditaire. C’est une anomalie acquise, ce qui signifie qu’elle survient à un moment donné après la naissance. Elle ne semble pas être transmise à d’autres membres de la famille, ce qui veut dire qu’une personne atteinte de LAL ne transmettra pas le gène de fusion Bcr-Abl à ses enfants.

Autres anomalies chromosomiques

Il y a d’autres anomalies chromosomiques moins courantes dont les translocations entre chromosomes. La translocation se produit quand un segment de chromosome est transféré à un autre chromosome, comme t(4;11), qui est une translocation entre les chromosomes 4 et 11.

Leucémie aiguë de phénotype mixte

Il arrive parfois qu’on considère que les cellules leucémiques sont mixtes puisqu’elles possèdent des caractéristiques myéloïdes et lymphoïdes. Chaque cellule leucémique présente des caractéristiques myéloïdes et lymphoïdes ou bien certaines ont des caractéristiques myéloïdes et d'autres ont des caractéristiques lymphoïdes. La leucémie aiguë de phénotype mixte (LAPM) est une catégorie particulière de leucémie aiguë du système de classification de l’OMS.

Cellules leucémiques dans le système nerveux central 

Chez environ 5 à 10 % des personnes atteintes de LAL, des cellules leucémiques sont présentes dans le système nerveux central (SNC) lors du diagnostic. Le SNC est fait de l’encéphale et de la moelle épinière. On sait que la LAL se propage au SNC chez environ 35 % des personnes qui ne reçoivent pas de traitement prophylactique.

Révision par les experts et références

  • American Cancer Society. Leukemia - Acute Lymphocytic (Adults). Atlanta, GA: American Cancer Society; 2013.
  • American Society of Clinical Oncology (ASCO). Leukemia - Acute Lymphocytic - ALL: Subtypes and Classification. Alexandria, VA.: American Society of Clinical Oncology (ASCO); 2013: http://www.cancer.net/cancer-types/leukemia-acute-lymphocytic-all/subtypes-and-classification.
  • Kebriaei P, Champlin R, de Lima M, et al . Management of acute leukemias. DeVita VT Jr, Lawrence TS, & Rosenberg SA. Cancer: Principles & Practice of Oncology. 9th ed. Philadelphia: Wolters Kluwer Health/Lippincott Williams & Wilkins; 2014: 131: pp. 1928-1954.
  • Kurtin SE . Leukemia and myelodysplastic syndromes. Yarbro, CH, Wujcki D, & Holmes Gobel B. (eds.). Cancer Nursing: Principles and Practice. 7th ed. Sudbury, MA: Jones and Bartlett; 2011: 57: pp. 1369-1398.
  • Swerdlow SH, Campo E, Harris, NL, et al . International Agency for Research on Cancer (IARC). WHO Classification of Tumours of Haematopoietic and Lymphoid Tissues. 4th ed. 2008.
  • Tuzner NN, Bennett JM . Classification of the acute leukemias: cytochemical and morphologic considerations. Wiernik PH, Goldman JM, Dutcher JP & Kyle RA (eds.). Neoplastic Diseases of the Blood. 5th ed. Springer; 2013: 16: pp. 213-239.